Accueil  »  Actions  »  Vice-Premier Ministre  »  Mobilité

Mobilité

 

La qualité et l’efficacité des transports publics ainsi que l’intégration des réseaux routier, ferroviaire, aérien et fluvial revêtent une importance essentielle pour notre économie et pour notre bien-être. Au niveau européen, le secteur des transports représente environ 7% du produit intérieur brut et occupe plus de 5% des actifs. Sa part dans les émissions de gaz à effet de serre (près d’un quart des émissions européennes) et son taux de croissance exponentiel en font par ailleurs un véritable enjeu en matière environnementale. 

Or, les transports publics souffrent toujours, convenons-en, d’un manque d’attractivité et de complémentarité chronique dû, notamment, à l’éclatement des compétences entre le pouvoir fédéral et les régions et à l’absence de vision globale et stratégique du réseau.

Les grèves sauvages, qui s’apparentent à de réelles prises en otage de la population, sont encore trop fréquentes  et les clients souffrent souvent du manque d’emplacements de parking à proximité des gares, de places assises dans les trains, d’informations fiables, de sécurité aux abords des gares, des correspondances trop souvent manquées suite aux nombreux retards ou encore de l’accueil inadapté qui leur est parfois réservé.

A côté de la réalisation de nouveaux projets, le maintien de la qualité des infrastructures existantes, qu’elles soient routières ou ferroviaires, est crucial pour la sécurité des usagers et nécessite qu’une part des investissements pluriannuels y soit réservée.

Malgré les budgets considérables alloués au transport public en comparaison avec d’autres grands postes budgétaires du secteur public, la situation financière de certains opérateurs reste délicate. Les plans de retour à l’équilibre financier et les mesures d’économie devront par conséquent être respectés afin de garantir des transports d’avenir aux citoyens.

Selon certaines études, le nombre de voitures dans le monde passera d’environ 700 millions aujourd’hui à plus de trois milliards en 2050. Face à l’engorgement des routes, beaucoup reste à faire également pour favoriser l’usage des deux roues ou quand cela est possible, le travail à horaire décalé et le télétravail.

Demain, les enjeux majeurs en matière de mobilité résideront donc dans les choix à opérer pour assurer l’accessibilité et l’intermodalité du réseau de transport, la diminution de son impact environnemental et l’amélioration de son attractivité grâce à une fiabilité, une rapidité, une sécurité et un confort accrus.

Imprimer cet page