Accueil  »  Actions  »  Vice-Premier Ministre  »  Climat

Climat

 

Le réchauffement climatique est un des enjeux les plus importants auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés. Si rien n’est fait, la hausse des températures risque d’avoir des conséquences irréversibles.

Au niveau mondial

Lors de la Conférence des Nations unies sur le changement climatique, en décembre 2009, la Belgique comme l’Union européenne dans son ensemble ont soutenu l’accord de Copenhague, considérant qu’il s’agissait d’un premier pas vers un traité européen  mondial juridiquement contraignant, qui devra succéder au Protocole de Kyoto en 2013. 

L’Europe a promis pour la période 2010-2012 une aide financière de 7.2 milliards d’euros visant à permettre aux pays en développement de commencer rapidement à renforcer leurs capacités en matière de lutte contre le changement climatique.  Dans ce cadre, la Belgique s’est engagé à contribuer à hauteur de 150 millions d’euros sur une période de trois ans.  

En novembre 2010, lors de la Conférence des Nations Unies à Cancun un texte comprenant une série de mécanismes pour lutter contre le changement climatique et notamment la création d’un fonds vert pour aider les pays en développement  a été adopté. Cet organisme placé sous l’égide de la Banque mondial distribuera une partie des fonds promis par les pays développés dans le cadre de la lutte contre le réchauffement climatique, à savoir les 100 milliards par an à partir de 2020.

Au niveau européen

L’union européenne a adopté en décembre 2008 une série de propositions dans le domaine de l’énergie et du changement climatique, qui fixent des objectifs ambitieux pour 2020. L’objectif est pour l’Europe de construire  une économie produisant peu de carbone et consommant d’énergie :

  • diminuer de 20% les émissions de gaz à effet de serre ;
  • abaisser la consommation d’énergie de 20% grâce à une meilleure efficacité énergétique ;
  • couvrir 20% de nos besoins énergétiques grâce aux énergies renouvelables. 

Le réchauffement climatique est dû principalement aux importantes quantités d’énergie produites et utilisées par l’homme. Plus nos besoins en énergie augmentent, plus notre dépendance vis-à-vis des combustibles fossiles (pétrole, gaz, charbon) s’accentue. Ces combustibles, qui produisent tous des émissions élevées de CO2, représentent aujourd’hui environ 80% de la consommation d’énergie de l’UE.  

Il est donc essentiel de modifier nos modes de production et d’utilisation de l’énergie pour que l’UE puisse atteindre les objectifs fixés dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. 

La stratégie de l’UE relative au changement climatique et à l’énergie s’inscrit dans le droit fil de ses initiatives en faveur de la croissance et de l’emploi. L’augmentation de la part des énergies renouvelables la rendra moins tributaire des importations  énergétiques et moins vulnérable à la fluctuation des prix de l’énergie et aux incertitudes d’approvisionnement. 

Au niveau belge

Nous nous sommes engagés au niveau européen à générer, d’ici 2020, 13% de l’électricité dans notre pays à partir de sources d’énergies renouvelables.   

Toutefois, il faut garder à l’esprit que le potentiel des énergies renouvelables en Belgique est relativement limité. C’est pourquoi nous ne pouvons nous permettre une politique fantaisiste. La responsabilité des pouvoirs publics consiste à la fois à assurer l’avenir énergétique et la disponibilité d’énergies à long terme, à diminuer le recours aux énergies polluantes, à assurer la santé publique, mais aussi à garantir un approvisionnement énergétique qui nous permette de rester compétitifs et d’assurer le bien-être de chacun.

Imprimer cet page