Affaires étrangères

Séminaire d’actualités – LSM – ” Alliances économiques: dimension politique “

J’ai eu la chance ce mercredi 13 mars d’être invité comme orateur lors du séminaire organisé par la Louvain School of Management à l’initiative du Professeur Pierre Semal. Je m’y suis exprimé sur la dimension politique de nos alliances économiques.

La Belgique reste profondément attachée à la défense d’un multilatéralisme efficace, fondé sur des valeurs et des règles communes. Par exemple, notre pays demeure favorable au libre-échange équitable et loyal. D’où son soutien à une politique commerciale européenne ambitieuse, qui aide à l’internationalisation de nos PME et qui promeut nos droits fondamentaux, nos normes environnementales et nos standards sociaux.

Alors que la construction de l’ordre multilatéral que nous connaissons a longtemps reposé sur l’alliance entre l’UE et les USA, notre relation actuelle avec les Etats-Unis fait l’objet, depuis l’avènement du Président Trump, de nombreuses controverses, ce dernier remettant en question bon nombre des institutions internationales qui prônent une coopération internationale et le respect des règles communes respectée jusque-là.

L’Europe a récemment pris conscience de la nécessité d’investir davantage dans le secteur de la défense, afin de renforcer son autonomie et de partager la charge de la sécurité collective avec les Etats-Unis. L’objectif étant d’assumer une défense européenne propre en collaborant avec les partenaires européens pour créer davantage de synergies, en promouvant notamment l’émergence de champions européens dans l’industrie militaire.

En matière de commerce, il existe certaines tensions entre l’UE et les USA tout comme un réel déséquilibre avec la Chine,  ne fait pas preuve de réciprocité en matière d’accès au marché pour nos entreprises. La concurrence se doit d’être équitable et réciproque. Nos entreprises doivent être davantage protégées pour faire face à la concurrence déloyale.

La concurrence accrue qui existe avec la Chine rend compte de différents défis en matière de sécurité, comme la mise en place de la 5G ainsi que le poids de l’industrie technologique chinoise avec Huawei.

L’Union européenne a poursuivi d’une manière ambitieuse son agenda commercial. En effet, de nombreux traités de libre-échange ont été conclus ces dernières années, qui visent non seulement à ouvrir des marchés pour nos entreprises, mais aussi à promouvoir nos valeurs à l’étranger. Notre politique commerciale, qui se veut de plus en plus inclusive, se préoccupe toujours davantage du développement durable, comme dans le CETA.

Pour arriver à concurrencer les géants chinois et américains, encourager la création de champions européens reste une priorité.

Concernant le Brexit, la Belgique serait particulièrement touchée en cas de no-deal, mais s’y prépare activement. De plus, une réelle volonté de conserver une relation très proche avec la Grande-Bretagne à l’avenir est indispensable.

Enfin, le respect des valeurs fondamentales est déterminant pour le succès du projet européen. J’ai ainsi proposé de mettre en place un mécanisme de contrôle des valeurs dans chaque pays européen. Il se veut ouvert, transparent et non-discriminatoire.