Affaires étrangères

Aide humanitaire pour la Syrie et la région

Dans le cadre de la troisième conférence internationale de Bruxelles sur la Syrie (Supporting the future of Syria and the region), qui s’achève aujourd’hui, la Belgique s’est engagée à verser en 2019 un montant de 24,3 millions d’euros d’aide humanitaire pour la Syrie et les pays de la région (Jordanie, Liban, Turquie et Irak).

Après huit ans de conflit, les besoins humanitaires en Syrie restent à des niveaux rarement atteints et particulièrement alarmants. A l’intérieur du pays, près de 12 millions de personnes, dont presque la moitié d’enfants, restent dépendantes de l’aide humanitaire. Les rangs des 6,2 millions de personnes déplacées continuent à enfler jour après jour.

Outre la population en Syrie, le Vice-Premier Ministre et Ministre de la Coopération au Développement Alexander De Croo et moi-même restons fidèles à notre engagement à soutenir les pays voisins : la Jordanie, le Liban, la Turquie et l’Irak. L’hospitalité de ces pays mérite d’être à nouveau louée.

Des millions de syriens ont fui de chez eux depuis le début du conflit. Leur retour, qui ne peut se concevoir que s’il est volontaire, ne sera possible qu’avec des garanties de sécurité et de dignité. Cela ne pourra se produire que sur la base d’une solution politique négociée entre les Syriens, à travers un processus supervisé par les Nations Unies et qui inclue tous les acteurs concernés.

A cet égard, la Belgique soutient entièrement le mandat du nouvel envoyé spécial des Nations Unies pour relancer le processus politique à Genève. Nous saluons la volonté de M. Geir Pedersen de traiter de tous les aspects du conflit pour ouvrir la voie vers une transition politique crédible, comme il l’a indiqué dans sa déclaration du 28 février au Conseil de sécurité. En tant que membre non permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, la Belgique ne ménagera aucun effort pour œuvrer à la recherche d’un consensus entre toutes les parties concernées par la médiation des Nations Unies.

La Belgique continuera également à soutenir activement les mécanismes destinés à permettre d’identifier et de poursuivre les auteurs de crimes de guerre et de violations du droit international, en particulier des droits de l’homme et du droit international humanitaire. Une solution politique durable doit en effet s’appuyer sur une réconciliation entre les différents segments de la population, qui doit passer par la lutte contre l’impunité.

Dès que les conditions d’une transition politique commenceront à être mises en œuvre, la Belgique sera prête à prendre sa part de responsabilité dans la reconstruction du pays, en coordination avec ses partenaires européens et internationaux. Ensemble avec la communauté internationale, nous sommes déterminés à continuer à nous investir pour mettre fin à la tragédie en Syrie.

>>> COMMUNIQUE DE PRESSE: La Belgique s’engage à verser 24,3 millions d’euros d’aide humanitaire pour la Syrie et la région