Accueil  »  2017 - Mai  »  Quelques mots sur Jacques Simonet et Daniel Ducarme…
mai 15, 2017

Quelques mots sur Jacques Simonet et Daniel Ducarme…

Dans le cadre d’une série du Clara sur les responsables qui ont jalonné l’histoire du MR, je me suis exprimé, après Jean Gol et François Perin, sur Jacques Simonet et Daniel Ducarme.

Jacques Simonet avait gardé de son père le goût de la politique, avec cependant une orientation d’emblée différente, qu’Henri a ensuite rejointe, de même qu’un ancrage local fort dans la commune d’Anderlecht.

Cet ancrage local se manifestait par une disponibilité, une présence, un contact avec les habitants, et ce avec une proximité égale quel que soit le milieu où il se trouvait.

Jacques Simonet devait jouer un rôle évident à la Région, un terrain d’action qu’il aurait dû réinvestir à l’occasion des élections de 2009. Avec ses qualités, il aurait pu être un Ministre-Président représentant la diversité bruxelloise et portant en même temps Bruxelles à l’étranger, ce qui n’a pas été fait par les Ministres-Présidents bruxellois qui se sont succédé à ce jour. Jacques Simonet avait été Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes, cela aurait été un atout pour la capitale.

Daniel Ducarme avait un rapport à la politique à la fois très déterminé, il a été Président de parti à 35 ans, et très physique, avec un caractère très truculent et une capacité d’exprimer fortement un certain nombre d’idées ou de sentiments. Cela passait même par des talents de comédien, avec une voix fameuse, reprise aujourd’hui au Parlement, de manière parfois troublante, par Denis.

Sa force de conviction passait aussi par une forme d’énergie vitale liée à la politique. Il a marqué par ses discours au sein de sa formation politique mais également au Parlement : quand Daniel Ducarme montait à la tribune, l’assemblée se remplissait presque automatiquement.

Daniel Ducarme a aussi marqué par certains débats. Comme Jean Gol l’avait fait dans les années 1980, il a osé mettre sur la table la question de l’intégration.

Il a oeuvré au « libéralisme social », ce que le libéralisme est intrinsèquement car ce sont les libéraux qui ont réalisé l’instruction obligatoire, contribué à la sécurité sociale…


Imprimer cet article