En marge de la semaine ministérielle des Nations Unies à New York, la Belgique a co-organisé aujourd’hui un évènement de haut niveau consacré à la réintégration des enfants-soldats, conjointement avec Virginia Gamba, la Représentante Spéciale du Secrétaire-général des Nations Unies pour les enfants dans les conflits armés. Je modérais le débat, auquel a pris part également la Reine Mathilde en sa qualité de Défenseur des Objectifs de développement durable.

Des dizaines de milliers de filles et de garçons continuent de nos jours à être retirés des mains de groupes armés à travers le monde. Ils ont non seulement été utilisés comme combattants, mais se sont aussi souvent retrouvés exploités et abusés par ceux qui les ont enrôlés. Nombre d’entre eux, et en particulier les filles, ont été les proies de violences sexuelles.

Parfois âgés de moins de 10 ans, les enfants-soldats sont particulièrement vulnérables et fragiles. Leur réhabilitation et leur réintégration demande un accompagnement spécifique sur le long terme. C’est essentiel pour leur permettre de reconstruire leur vie mais également pour espérer rétablir durablement la paix dans leurs communautés dévastées par la violence. Pourtant, d’après UNICEF, un quart des 55.000 garçons et filles qui ont été démobilisés au cours des cinq dernières années à travers le monde n’ont pas pu bénéficier d’un programme de réintégration.

L’impact des conflits armés sur les enfants est une des priorités de la politique étrangère belge. Notre pays, qui est lui-même confronté au retour des enfants de djihadistes partis se battre en Syrie et en Irak, s’efforce de jouer un rôle moteur pour maintenir l’attention nécessaire à cette question au niveau international. La Belgique est aussi un important contributeur au Mécanisme de surveillance et de communication de l’UNICEF qui récolte des informations sur les violations graves commises contre des enfants lors des conflits armés.

>>> COMMUNIQUE DE PRESSE: Enfants soldats: le Ministre Reynders et la Reinde Mathilde participent à un évènement sur leur réintégration