ActuBeliris

Avec ce nouvel avenant, Beliris dépasse les 1.500 projets!

Par 19 septembre 2018 Pas de commentaire

Les futurs grands projets de Beliris, le maître d’ouvrage fédéral pour Bruxelles, sont connus !  L’extension du métro bruxellois, un pôle de compétences pour le secteur de la construction, le RER-vélo… Ce ne sont là que quelques-uns des projets majeurs que Beliris aura à gérer dans les années à venir. Une marque claire de confiance en ses capacités de maître d’ouvrage. Et un magnifique cadeau pour son 25e anniversaire !

Le nouvel avenant, le 13e déjà, a été présenté aujourd’hui conjointement par Didier Reynders, Vice-Premier ministre et ministre de tutelle de Beliris, et Rudi Vervoort, Ministre-Président de la Région bruxelloise, en tant que représentants du Comité de Coopération qui a élaboré le nouveau programme d’initiatives pour 2018-2019.

Ce qui frappe le plus dans le nouvel avenant, c’est l’attention accrue portée à la mobilité. Beliris retourne ainsi à ses racines. La Direction Infrastructure de Transport a vu le jour il y a 25 ans avec la construction du tunnel Belliard. Les projets de mobilité, avec notamment des initiatives favorisant les transports en commun et la mobilité douce, représentent 39% du nouvel avenant.

Pour la future ligne du métro 3, Beliris consacre €50 millions par an.

Les initiatives culturelles et le patrimoine constituent également une part importante (18%) de l’avenant 13. Les musées des Beaux-Arts et du Cinquantenaire, l’Orchestre national de Belgique, le Théâtre de la Monnaie, Bozar, le Parc du Cinquantenaire et les Jardins et l’’Abbaye de Forest, entre autres, profiteront de l’expertise et du savoir-faire des équipes de Beliris.

L’avenant 13 se concentre également sur quatre autres domaines, à savoir les zones prioritaires et les espaces publics, les espaces verts, la revalorisation de quartiers et les infrastructures diverses. Au total, l’avenant représente quelque €666 millions.

Depuis sa création en 1993, Beliris a finalisé 1 500 projets pour un montant de plus de
€2 milliards. Beliris a ainsi acquis une grande expertise : de la construction de tunnels et du réaménagement d’axes routiers à la rénovation de gares et la création de chemins piétonniers, en passant par la restauration du patrimoine bruxellois, l’amélioration d’institutions culturelles, la revalorisation de quartiers, le réaménagement de parcs… C’est grâce à cette expertise que des projets sans cesse plus nombreux et plus importants sont repris dans les programmes.

Mais Beliris ne se repose certainement pas sur ses lauriers. Pour mieux servir Bruxelles, Beliris suit de près les derniers développements dans le secteur de la construction : le Building Information Modeling (BIM), une sorte de maquette numérique en 3D, TOTEM le nouvel outil pour améliorer les performances environnementales des bâtiments, le software permettant le contrôle de la qualité sur le chantier, le recours à la technique de déconstruction pour récupérer un maximum de matériaux de construction.

Beliris met ses métiers au service de la ville. L’augmentation du nombre de projets va de pair avec un accroissement du personnel. L’équipe initiale de 7 personnes s’est progressivement transformée en une organisation comptant pas moins de 115 collaborateurs. Et compte tenu de l’extension de la ligne de métro vers Bordet, cette tendance croissante se poursuivra certainement dans le futur.

En tant que Vice-Premier Ministre et Ministre en charge de BelirisL’avenant 13 marque l’investissement des pouvoirs publics fédéraux et régionaux dans la réalisation de l’extension du réseau de métro, qui va devenir plus concrète mois après mois. Il faut que l’ensemble des acteurs mettent leurs énergies dans l’avancement de ce projet essentiel pour répondre au défi de la mobilité en particulier dans le Nord de Bruxelles.

Il marque aussi la collaboration de l’État et de la Région dans la revitalisation des quartiers et les investissements culturels, avec un accent particulier sur le canal, au travers des projets de passerelles Picard, Porte de Ninove, Comte de Flandre, du réaménagement du quai Béco et du début des études de revitalisation de Biestebroeck.
Il donne confiance dans l’investissement pour une meilleure qualité de vie à Bruxelles, et permettre à Bruxelles de rencontrer ses missions de capitale.