ActuBruxelles

Réanimons Bruxelles: Votre commune de 7 à 77 ans

Bruxelles fait face à un accroissement démographique incontestable: une augmentation des naissances due à un taux de fécondité légèrement en hausse, un taux de mortalité en nette baisse lié à une espérance de vie plus importante et des soins de santé de meilleure qualité.

Ce constat rend compte d’un rajeunissement global de la population et surtout des besoins nécessaires liés à chaque catégorie d’âges en termes d’accueil, d’emploi, de mobilité, de commerce, de propreté ou de sécurité.

Ce lundi soir, à l’initiative de la section MR de Forest, je suis intervenu aux côtés de Benjamin Wayens, Docteur en sciences géographiques de l’Université Libre de Bruxelles pour débattre de cette thématique chère aux yeux de nos concitoyens. Cette conférence s’inscrit à nouveau dans le cycle de conférences “Réanimons Bruxelles” et a permis de mettre en lumière certaines interrogations du public auxquelles nous avons tenté de répondre.

Certains demandent ce qu’une commune peut faire pour lutter contre l’isolement des seniors; nous avons évoqué la possibilité que la commune offre des activités qui garantiront non seulement un parcours de santé mais aussi et surtout un parcours social. Mélanger les catégories d’âges dans l’organisation d’activités pourra apporter une convivialité entre générations et contribuer à une certaine entraide. Enfin, une autre option qui a été abordée est la pratique du sport sur ordonnance. Cela signifie que lorsqu’un médecin décrétera utile de pratiquer une séance de sport, celle-ci pourra être encadrée par la commune, comme cela se passe à Frasnes-Lez-Anvaing

Afin de rencontrer le besoin de création de logements, nous avons avancé l’idée de redéfinir un véritable quartier sur des anciens sites (anciennes prisons, casernes ou écoles). Pour  la construction  de ce nouveau quartier, il sera utile de réunir l’ensemble des composantes indispensables au bon fonctionnement d’une commune: une mixité de logements, un accueil de la petite enfance et des écoles, des commerces, une accessibilité en transports en commun et une mobilité fluide. Travailler sur des structures déjà existantes permettra de ne pas tout devoir reconstruire systématiquement.

Des problèmes d’emploi, de transport et de sécurité ont été soulevés à Bruxelles. Nous avons discuté de certaines pistes de solutions. En termes de mobilité, certaines initiatives ont vu le jour mais ne sont pas encore toutes abouties: le RER a été relancé, des études sur la possibilité d’implanter un métro vers le Sud, depuis Forest vers Uccle, ont été proposées (projet en cours vers le Nord). De plus, il est utile de construire davantage de parkings de persuasion et de privilégier l’intermodalité avant de réduire l’usage de l’automobile. La sécurité peut être renforcée grâce à des caméras de surveillance. Enfin, investir dans des plans de formation donnant un accès immédiat à l’emploi doit devenir une priorité pour lutter contre le chômage des jeunes.

Quelle que soit la génération visée et les besoins qu’elle nécessitera, il y aura des difficultés à surmonter. Les jeunes sont confrontés au manque d’emplois et de logements. Les plus âgés subissent la solitude et le manque d’accessibilité.

Le défi de ces prochaines années sera d’élaborer ensemble un certain nombre de solutions pour répondre aux besoins de chacun.

J’ai lancé des idées, des débats au travers du livre que vous trouverez sur mon site internet.