ActuAffaires étrangères

Je regrette le retrait des Etats-Unis du Conseil des Droits de l’Homme

Je regrette l’annonce des Etats-Unis de se retirer du Conseil des Droits de l’Homme. La décision américaine risque d’affaiblir l’action indispensable du Conseil et fragilise le système multilatéral dans son ensemble.

Les Etats-Unis ont depuis toujours été au premier plan pour la promotion et protection des droits de l’Homme dans le monde, en étroite collaboration avec leurs partenaires européens – dont la Belgique. Leur retrait risque de déforcer leur stature internationale et de miner les principes de démocratie et de respect des droits de l’Homme dans le monde.

Notre pays prend acte de la volonté des Etats-Unis de protester contre le fonctionnement du Conseil des Droits de l’Homme en le quittant, mais ne considère pas que son retrait contribuera à son amélioration.

La Belgique a été élue deux fois au Conseil des Droits de l’Homme et y siège actuellement. Cette participation active de notre pays témoigne de notre engagement envers le respect des droits humains comme un impératif de toutes circonstances. Comme l’a rappelé le Haut-Commissaire Zeid lors de sa déclaration du 18 juin, les droits de l’homme sont universels et les garants d’un monde plus juste et plus sûr. Ces valeurs doivent guider l’action de tous les pays. Face aux menaces persistantes contre les droits humains, il est important de donner toute leur chance aux instruments multilatéraux mis en place pour les défendre.

La Belgique considère le Conseil des Droits de l’Homme comme un forum essentiel de dialogue et d’action, auquel nous espérons pouvoir contribuer par le partage d’expériences et la coopération entre pairs. Son fonctionnement peut être amélioré et la Belgique soutient les efforts du Président du Conseil en ce sens en concertation avec ses partenaires de l’Union européenne. Les critiques à son égard ne doivent pas faire oublier le travail important accompli, souvent de manière discrète, pour offrir une analyse impartiale sur des situations souvent graves. La Belgique se félicite d’être un solide partenaire du Haut-Commissariat et d’être un de ses principaux bailleurs de fonds.

La promotion et la protection des droits de l’Homme sont au cœur de l’action internationale de la Belgique et doivent rester un élément central du système multilatéral incarné par l’ONU et ses différents instruments. Alors que nous célébrons cette année le 70ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, nous restons fermement convaincus de l’importance de mener une politique solide pour promouvoir et protéger les droits humains partout dans le monde. Le Conseil des Droits de l’Homme doit rester l’organe principal pour aborder, en dialogue avec l’ensemble des membres, la situation des droits humains et des libertés fondamentales. A cet égard, nous continuerons d’appuyer l’action du Conseil et de son Haut-Commissaire et de travailler avec tous les pays volontaires sur ces questions.

Les droits de l’Homme font partie de l’identité de la Belgique et de l’Union européenne, ils doivent continuer à être le fondement de l’ordre international moderne. La Belgique continuera de s’engager chaque jour en ce sens.

COMMUNIQUE DE PRESSE : Didier Reynders regrette le retrait des Etats-Unis du Conseil des Droits de l’Homme