Actu

Un programme de stabilité belge remanié sera remis à l’UE avant l’échéance, déclare Didier Reynders

La Belgique remettra à la Commission européenne un programme de stabilité remanié avant l’échéance du 20 septembre, notre pays privilégiant une «voie médiane entre l’orthodoxie et l’expansion budgétaire,» a annoncé Didier Reynders, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances, à l’issue d’une réunion avec ses homologues de l’Eurogroupe (pays de la zone euro).
Didier Reynders a présenté à ses collègues de l’Eurogroupe, réunis à Bruxelles, un document intégrant non seulement l’accord de coopération entre le Gouvernement fédéral et les entités fédérées, mais aussi la trajectoire de retour à l’équilibre.
Didier Reynders a prôné une «voie médiane entre l’endettement envisagé en France et la rigueur prônée par d’autres pays.»
«L’exercice 2010 ne sera pas une pure et simple sortie de crise. La confection du budget donnera lieu à des efforts, mais le Gouvernement fédéral devra aussi rester attentif à la relance. Dans ce scénario, la trajectoire de retour à l’équilibre serait initiée dès 2011, en vue de sortir du rouge dans un avenir proche mais encore imprécis, entre 2013 et 2015,» a expliqué en substance Didier Reynders.
«Les négociations entre le fédéral et les nouveaux Gouvernements régionaux pourraient s’avérer ardues, et elles ne se manifesteront “pas seulement sur le plan communautaire,» a-t-il ajouté.
«Le gouvernement doit demander que les Régions s’alignent à tout le moins sur l’effort du fédéral en matière d’assainissement budgétaire, je vois mal comment une Région pourrait argumenter qu’elle va moins vite,» a précisé le Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances.
Didier Reynders a encore appelé les entités fédérées à ne pas laisser filer les déficits : «Il faut que tout le monde s’engage… un effort moindre des Régions reviendrait à faire peser la charge sur la sécurité sociale.»
L’Eurogroupe a entériné lundi soir les recommandations de la Commission européenne, qui a récemment renvoyé le programme budgétaire belge pour cause de données insuffisantes.
«J‘ai moi-même reconnu que, pour des raisons de politiques internes, nous n’avions pas pu présenter un programme complet, mais la Belgique se mettra en ordre d’ici l’automne,» a conclu Didier Reynders.