Actu

Tunis : pour un message fort à l'intention du régime syrien et l'organisation d'une aide humanitaire

La situation ne cesse d’empirer pour la population syrienne dans certaines villes, suite aux violences liées à la répression des mouvements et aspirations à la liberté issus du « printemps arabe ».
Les morts se comptent maintenant par centaines pour atteindre plus de 7.000 victimes depuis 11 mois.
Ce vendredi 24 février, je participe à Tunis à la “Conférence internationale des amis du peuple syrien”.
Au total, plus de 60 pays ainsi que des organisations internationales y sont représentés, à l’invitation du Gouvernement tunisien, afin de porter un message fort à l’intention du régime d’Assad.
Après les veto chinois et russe au Conseil de Sécurité, l’un des enjeux concerne la position de la Russie. Nous en avons discuté avec le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon à New York : s’il n’est pas possible aujourd’hui d’aller vers un accord au Conseil de Sécurité, l’idée est d’envoyer un représentant du Secrétaire général sur place, en collaboration avec la Ligue arabe, et de voir comment organiser la transition.
Il est important d’apporter son soutien au peuple syrien mais de manière coordonnée. Cela ne sera efficace que si l’opposition s’unifie sous la forme d’une plate-forme commune.
L’objectif reste le changement de régime et la transition vers des élections.
Dans le même temps, il faudra également prévoir une aide humanitaire. La question qui se pose tient à l’encadrement d’une telle démarche sur le terrain, probablement avec des forces militaires.
Cette position dans le cadre de la Conférence à Tunis et en faveur du peuple syrien est une position commune au Benelux, adoptée préalablement en concertation avec mes collègues néerlandais et luxembourgeois.
>>>
Sur le même sujet:
Depuis l’ONU et à Tunis : renforcer l’action humanitaire en Syrie
New York : rencontre avec le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-Moon