Actu

Rencontre avec le cinéma belge présent à Cannes : De nouveaux succès, un soutien déterminant du Tax Shelter

Presque un mois jour pour jour après la clôture du 64ème Festival de Cannes, caractérisée à nouveau par une moisson colorée aussi noir-jaune-rouge, j’ai eu le plaisir de rencontrer ce 23 juin les équipes des films belges en sélection, aux côtés des partenaires privés et représentants publics.

Car une nouvelle fois, nous sommes particulièrement fiers de la présence belge ainsi que des succès remportés par nos réalisateurs et nos équipes.

Neuf films belges, dont trois courts-métrages, ont fait partie de la sélection officielle du Festival de Cannes, de la Semaine de la Critique et de la Quinzaine des Réalisateurs.

Didier Reynders, Luc Dardenne, Thomas Doret "Le gamin au vélo" et Jean-Pierre Dardenne

Les Frères Dardenne se sont distingués avec « Le Gamin au Vélo », qui a obtenu le Grand Prix du Jury. Dans la Quinzaine des Réalisateurs, Bouli Lanners, avec « Les Géants », est quant à lui reparti avec deux Prix : le Prix SACD et le Art Cinéma Award de la CICAE. Le court-métrage de Wannes Destoop, « Badpakje 46 », a également reçu une mention spéciale.

Chaque année, l’empreinte belge se marque un peu plus sur le sol cannois. Le temps passe mais, année après année, nous en sommes à la sixième récompense pour un film des frères Dardenne…

Ce sont nos talents, nos créateurs mais aussi nos producteurs et tout un secteur qui sont ainsi mis en avant et que je souhaite mettre à l’honneur.

Ce secteur est soutenu de manière déterminante par le Tax Shelter, qui représente des investissements à hauteur aujourd’hui de 90 millions d’euros annuels dans des films belges, soit un bol d’oxygène devenu indispensable, et sensiblement supérieur aux autres types d’aides publiques. Pour le Festival, l’ensemble des six longs-métrages ont bénéficié de ce système d’investissements par incitant fiscal pour un montant total de près de 5 millions d’euros, dont 1,5 million pour le seul « Le Gamin au Vélo ».

Alors qu’une récente étude de l’UCL a établi, vu le rapport entre déductions fiscales et recettes, le caractère budgétairement neutre, voire avantageux, du système Tax Shelter pour l’Etat fédéral, je ne peux que me réjouir du succès de cette mesure et de ses répercussions pour tout un domaine d’activités, en termes aussi d’économie et d’emploi.

Une mesure dont la pérennité fait évidemment partie de mes objectifs et que nous pourrions envisager, dans un Gouvernement en capacité de le faire, pour d’autres secteurs. Je pense par exemple au spectacle vivant, et je suis d’ailleurs heureux que l’Open VLD se joigne à nos propositions en ce sens.

Voir l’article : « Les Belges une nouvelle fois à l’honneur au Festival de Cannes »
Voir le communiqué : « Le Tax Shelter au Festival de Cannes » (F/Nl)