Actu

Journées diplomatiques : une diplomatie déployée dans un monde qui change

Le monde change : les pays émergents apparaissent, un G20 est constitué, l’Europe devient de plus en plus une « région » du monde. Dans ce cadre, si l’on veut développer un certain nombre de postes pour renforcer notre action, il va falloir en réorganiser d’autres.
C’est le sens des décisions que nous aurons à prendre au second semestre, après consultation de nos diplomates, auprès desquels j’ai expliqué la réflexion lors des Journées diplomatiques, qui rassemblent nos quelque 130 ambassadeurs et chefs de poste chaque année à Bruxelles.
En Europe, peut-on par exemple travailler sur une base régionale, regroupant entre autres les Pays Baltes ou demain les Balkans, plutôt que de fonctionner pays par pays? Peut-on parfois travailler au départ d’un plus grand pays pour un autre plus petit, comme couvrir, à l’instar d’une situation antérieure, Malte au départ de Rome ? Si l’on veut renforcer notre présence au Brésil, en Chine ou dans d’autres régions du monde, être présent en Birmanie par exemple, qui est en train de s’ouvrir, il y a des équilibres à trouver.
En outre, des coopérations sont-elles possibles avec d’autres partenaires européens, tels que les pays du Bénélux ou le Service européen pour l’Action extérieure (SEAE) dirigé par la Haute représentante de l’Union européenne ?
Ce débat ne doit être vu sous l’angle des économies, dans un contexte il est vrai plus difficile. Nous allons opérer à enveloppe fermée : redéployer notre diplomatie en ouvrant certains postes et en en réorganisant d’autres.
Quels sont nos choix politiques ? Où souhaitons-nous être présents ?
Quels sont nos choix consulaires ? Où rencontre-t-on des personnes qui veulent venir en Belgique et pour lesquelles il s’agit de régler des visas ?
Quelle est notre influence économique ? Comment nos entreprises, nos Régions sont-elles présentes à travers le monde ?
Quel est notre rôle en matière de Coopération au Développement ?
Autant de critères qui justifient notre présence ou non et qui justifient un classement effectué par le Département. Ce classement va maintenant être soumis à l’ensemble des diplomates afin de recevoir leur avis.

Téléchargez le discours de Didier Reynders

Voir l’interview sur RTL TVI du 30/1/12 : Didier Reynders veut réformer le réseau diplomatique

François de Kerchove, Didier Reynders et D.Achten