Actu

On a commencé à parler de croissance et d’emploi

Je suis heureux que le premier sommet européen de cette année 2012 ait non seulement avancé sur l’adoption d’un traité sur la discipline budgétaire mais que des perspectives soient tracées en faveur de la croissance et de l’emploi.
Je suis heureux que l’on ait commencé à s’adresser aux jeunes. Chez nous dans certaines régions, à Bruxelles par exemple, mais aussi dans d’autres pays, l’on rencontre des taux de chômage inacceptables pour les jeunes. L’Europe peut accompagner des efforts nationaux en matière d’apprentissage et de formation.
Au-delà des jeunes, il y a la volonté de travailler avec les petites et moyennes entreprises, la volonté de les aider dans leurs financements. Il s’agit de mobiliser les moyens de la Banque européenne d’Investissement, de mobiliser des moyens pour simplifier la vie des PME. Il s’agit aussi du marché intérieur. Nous n’avons toujours pas de législation européenne sur les brevets d’invention, on va tenter de débloquer le dossier pour ce mois de juin.
La rigueur budgétaire, ce ne sont pas simplement des chiffres, c’est aussi porter un espoir : l’espoir de soutenir la croissance, de créer de l’emploi.
Il faut revenir à l’équilibre budgétaire. Il est indispensable de tenir nos engagements budgétaires, des engagements que nous avons pris nous-mêmes : être en-dessous de 3% de déficit cette année, être à l’équilibre en 2015.
La grande difficulté en Belgique sera de traduire cela dans notre système fédéral. Chaque entité du pays devra suivre un objectif à traduire dans la Constitution, des Lois spéciales. Le Fédéral doit faire son travail, les Régions et Communautés aussi, les pouvoirs locaux également.
Le but est de réduire le déficit ainsi que notre endettement, qui reste très élevé. Nous ne pouvons pas vivre avec une telle charge de la dette, d’autant que nous avons par ailleurs une charge importante en matière de pensions.
Malgré la grève de ce 30 janvier, nous allons continuer à devoir maîtriser les dépenses. Il va falloir que les réformes que l’on a mises en œuvre soient réellement exécutées, notamment en termes de retraites ou de retraites anticipées : en Belgique, on doit travailler plus longtemps car l’espérance de vie est désormais plus grande.
Les réformes de fond sont celles qui permettront qu’à un moment l’on puisse travailler plus, que les jeunes comme des moins jeunes soient plus facilement mis au travail.
Et il va falloir prendre des décisions. Je plaide, avec d’autres, depuis longtemps pour une taxe sur les transactions financières, de façon large et à tout le moins à l’échelle européenne. J’observe que la France veut mettre en place cette taxation, faisons-le en Belgique. Chacun devra contribuer et prendre des décisions de son côté.
Au plan européen, 25 pays participent à la démarche du pacte budgétaire, soit un très grand nombre de pays hors 17 de la zone euro et qui souhaitent rejoindre la monnaie unique.
>>> Voir sur ce sujet :
L’interview sur Bel RTL du 31/1/12