Actu

Le Parlement approuve en commissions l'engagement de F-16 belges dans la lutte contre l'Etat islamique en Irak

Par 24 septembre 2014 Pas de commentaire

Dans la suite d’un accord en Conseil ministériel restreint, les commissions réunies des Relations extérieures et de la Défense ont approuvé ce mercredi la résolution autorisant le Gouvernement en affaires courantes à engager six chasseurs-bombardiers F-16 dans la lutte contre les jihadistes de l’Etat islamique (EI) en Irak.
Cette résolution sera discutée et ensuite votée ce vendredi en séance plénière de la Chambre.

Cette décision fait suite à une demande formelle de Washington adressée mardi au Premier Ministre par l’ambassadrice des Etats-Unis à Bruxelles.
La résolution demande au Gouvernement belge de participer pour la durée d’un mois, susceptible d’être prolongée, activement à la lutte internationale contre le groupe terroriste dit « Etat islamique » en Irak dans le respect de l’article 51, au chapitre sept, de la charte des Nations Unies – qui autorise la légitime défense, individuelle ou collective, dans le cas où un Etat-membre de l’ONU fait l’objet d’une agression armée.
Elle concerne l’engagement de nos F-16 et demande au Gouvernement d’assurer au maximum la sécurité du personnel militaire belge engagé dans cette opération.
Il n’y aura pas de déploiement de troupes belges au sol. En outre, l’engagement opérationnel des F-16 sera limité au territoire irakien : la demande de soutien a été formulée par le Gouvernement de Bagdad et la réunion du Conseil de Sécurité de l’ONU vendredi dernier a exhorté la communauté internationale à renforcer et étendre son soutien à l’Irak dans sa lutte contre l’EI.
La première phase de l’opération consistera à stopper l’avancée du groupe terroriste au moyen d’attaques aériennes ciblées. Celui-ci a conquis de larges portions du territoire irakien et contrôle de vastes zones en Syrie. Dans une seconde phase, l’opération visera à éliminer totalement la menace de l’EI.
Le texte demande aussi au Gouvernement de continuer à garantir l’implication de la Chambre et de se réunir à nouveau si des circonstances nouvelles venaient à modifier la durée, la nature ou le territoire concerné par l’engagement belge.
La résolution stipule enfin de prendre les mesures qui s’imposent pour anticiper une possible augmentation de la menace interne à la suite de notre participation à la coalition internationale.
>>> Sur le même sujet : Je suis favorable à une participation belge à une coalition en Irak