Actu

Le Gouvernement fédéral intervient en faveur de la KBC avec un 3ème plan de sauvetage

Le Gouvernement fédéral a décidé d’intervenir une troisième fois en faveur de la KBC en accordant cette fois à la grande banque flamande une garantie portant sur un portefeuille de crédits structurés d’une valeur initiale de 22,5 milliards d’euros, ont annoncé conjointement jeudi le Premier Ministre Herman Van Rompuy et le Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances, Didier Reynders.
Le mécanisme de garantie se décompose en une première tranche de pertes éventuelles de 5,7 milliards d’euros à charge de KBC, une seconde tranche au sein de laquelle KBC peut soit supporter les pertes, soit, à cette fin, faire appel à un renforcement de ses fonds propres, l’Etat s’engageant à contribuer à une augmentation de capital pour un montant maximum de 2 milliards d’euros, et, enfin, une troisième tranche de risque, enfin, supportée à 90% par l’Etat et à 10% par KBC pour les pertes réalisées en dessous d’une valeur de portefeuille de 14,9 milliards d’euros.
« Ce mécanisme de garantie hybride permet de limiter la volatilité du portefeuille de produits structurés tout en maintenant les fonds propres réglementaires du groupe KBC à un niveau suffisant dans le contexte de marché actuel, » a expliqué Didier Reynders.
Tant la seconde que la troisième tranche de garantie seront rémunérées à des conditions de marché. Cette rémunération sera étalée dans le temps.
« Cette intervention s’inscrit dans la continuité des actions menées au cours des derniers mois par le Gouvernement fédéral en vue de préserver la stabilité de notre système financier, d’assurer la protection de l’épargne, de l’emploi, et finalement, d’œuvrer à la relance de notre économie,» a indiqué Didier Reynders.
« La garantie n’aura, en principe, pas d’impact sur la dette publique, et l’impact à court terme sur le Trésor est même positif puisque l’on encaisse des primes, » a encore expliqué Didier Reynders.