Actu

Kaupthing : Didier Reynders présentera ce vendredi un projet de loi pour prêter 160 millions d’euros au Luxembourg

Didier Reynders, Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances, doit présenter ce vendredi au Conseil des Ministres un projet de loi habilitant le gouvernement à accorder un prêt de 160 millions d’euros au Grand-Duché de Luxembourg, dans le cadre de la reprise de la filiale luxembourgeoise de la banque Kaupthing.
« Nous intervenons en seconde ligne après le Grand-Duché. C’est un prêt et non une intervention dans la banque,» a indiqué Didier Reynders dans L’Echo.
Cet argent compléterait l’apport du Grand-Duché de 400 millions d’euros pour la reprise de Kaupthing avec un fonds libyen dans le cadre d’un scénario garantissant intégralement les dépôts des 20 000 épargnants belges de la banque islandaise.
« L’État belge ne prendrait donc aucune participation dans la banque, au contraire du Luxembourg, vraisemblablement. Il ne faut dès lors pas y voir un précédent de quoi que ce soit, affirme nous n’avons pas l’intention d’intervenir dans toutes les succursales en difficulté. Ici, c’est un prêt, » a expliqué Didier Reynders.
Dans le cas présent, deux éléments expliquent l’effort de la Belgique. D’une part, les bonnes relations avec le Grand-Duché de Luxembourg, qui se sont vérifiées dans la crise bancaire ; d’autre part, la présence de 20 000 épargnants belges.
« L’intervention vise bien la couverture de comptes bancaires et non de produits spécifiques. Cela ne peut donc pas être comparé à la situation des personnes lésées dans l’affaire des produits Lehman Brothers, écoulés par Citibank, » a encore précisé le Vice-Premier Ministre au quotidien économique. Rappelons que le Gouvernement avait décidé vendredi dernier, dans un premier temps, d’accepter de prendre un risque dans ce dossier en garantissant les dépôts des épargnants belges chez Kaupthing à concurrence de 100.000 euros. Le Grand-Duché octroie déjà une garantie pour 20.000 euros (coût : 300 millions). La porter à 100 000 euros reviendrait à 150-170 millions. Ce montant serait pris en charge équitablement par la Belgique et le Luxembourg.
« L’idée qui tient maintenant la corde est d’utiliser plutôt cet argent pour financer une reprise de la banque. Cette piste a reçu l’aval de principe du gouvernement,» a déclaré Didier Reynders en Commission des Finances de la Chambre.
« Si elle échoue, l’argent serait utilisé pour garantir les dépôts dans le cadre d’une faillite. La priorité, c’est la reprise,» a conclu Didier Reynders.