Actu

FETE NATIONALE 21 JUILLET 2010

Voir notre diaporama en bas de page …
C’est la Présidence belge de l’Union européenne qui distingue ce 21 juillet 2010, ainsi que le 65ème anniversaire de la fin de la IIème guerre mondiale

La famille Royale

Si le traditionnel défilé militaire de ce mercredi 21 juillet évoque comme de coutume le présent de nos armes, il est aussi une référence au passé avec la présence de nombreux anciens combattants venus commémorer le 65ème anniversaire de la fin de la IIème guerre mondiale.
Dimanche dernier, dans le même esprit de commémoration, le Président sortant du Sénat, Armand De Decker (MR), a présidé la septante-sixième cérémonie annuelle organisée au Cénotaphe de Londres, en hommage aux victimes belges et britanniques de la première Guerre mondiale. Notre pays est,  depuis une décision prise en 1934 par le roi George V, le seul au monde à bénéficier du privilège de pouvoir défiler en armes dans le centre de Londres, ordinairement réservé aux seules troupes de la garnison londonienne.

Défilé

Ce défilé a lieu chaque année, le dimanche qui précède la Fête nationale du 21 juillet, sous le patronage de l’ambassadeur de Belgique au Royaume-Uni.
Mais cette Fête nationale est surtout marquée par la Présidence belge de l’Union européenne, cette union qui compte aujourd’hui vingt-sept Etats membres et qui naquit des ruines du plus sanglant conflit mondial que le monde ait jamais connu.
C’est précisément cette idée politique généreuse que fut le «Marché commun», rassemblant une fois pour toutes les ennemis et les alliés d’hier en une union économique et douanière, dans un premier temps, qui empêcha toute répétition d’une nouvelle conflagration entre voisins européens.

Défilé militaire

Beaucoup de chemin a été accompli depuis, l’Europe a retrouvé l’unité et la liberté qui étaient siennes avant le conflit, elle dispose d’une monnaie commune pour la plupart de ses Etats membres et est le socle des valeurs de liberté, de démocratie, de tolérance, de respect de la diversité, de libre entreprise que le Mouvement Réformateur a toujours défendues.
Rappelons que la Belgique assure la Présidence tournante de l’UE pour six mois, depuis le 1er juillet, ayant succédé à l’Espagne et précédant la Hongrie.
La première des priorités de cette Présidence préparée durant deux ans par Olivier Chastel, notre Secrétaire d’Etat sortant aux Affaires européennes, est le retour à une croissance durable. Elle se consacrera aussi à la création d’une autorité de supervision, d’une réglementation plus stricte pour les gestionnaires de fonds alternatifs, à la consolidation du Pacte de stabilité et à la mise en pratique des futures décisions sur la gouvernance économique de l’Union.
Il s’agit de faire respecter l’éthique dans les affaires économiques et financières pour prévenir des crises comme celle dont nous subissons encore les effets.
Une volonté que le MR défend et partage depuis longtemps tout comme il a toujours appelé au strict respect de la bonne gouvernance.
Mais revenons-en aux Festivités. Nous espérons que vous aurez eu le plaisir d’assister à la Fête qui a eu lieu le mardi 20 juillet par le Bal National à la Place du Jeu de Balle.

Didier Reynders

Ce 21 juillet se déroule conformément à la tradition, débutant par le Te Deum à la Cathédrale SS. Michel et Gudule, suivi du défilé militaire Place des Palais, et de la Fête au Parc et au Sablon, la journée se terminant comme chaque année par le tir du traditionnel feu d’artifice Place des Palais.
Notre Président, Didier Reynders, assiste chaque année aux festivités et cérémonies en sa qualité de Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances.
Et n’oublions pas le message prononcé par le Roi à la veille de ce 21 juillet, dans lequel Sa Majesté a souligné l’importance de se «tourner vers l’avenir.»
Notre souverain a évoqué à cette occasion les perspectives d’avenir pour le pays: la préparation de   nouvelles formes de vie commune, la nécessité de résoudre les questions épineuses qui ont divisé ainsi que celle de trouver un nouvel équilibre entre fédéral et entités fédérées.
S.M. Albert II a également appelé au redressement de l’économie et de l’emploi, salué le partenariat entre la Belgique et le Congo et évoqué la présidence belge de l’Europe.
Sur les plans social et économique, le Roi a relevé trois défis: la nécessité de relever le taux d’activité de la population pour préserver la sécurité sociale, de retrouver l’équilibre budgétaire en 2015 pour garantir la solidité de notre économie et de renforcer la compétitivité pour sauvegarder et promouvoir l’emploi.
La Fête nationale demeure un événement incontournable pour toute personne résidant en Belgique ou toute autre personne liée à notre pays qui se trouve en-dehors du territoire national.
Mais cette fête qui est l’anniversaire de la prestation de serment du premier Roi des Belges, Léopold Ier, est aussi l’occasion de nous rappeler tout ce qui nous unit.
En ce jour de Fête nationale, le Mouvement Réformateur adresse respectueusement ses félicitations à nos Souverains, à l’ensemble de la Maison royale et à tous les Belges où qu’ils soient dans le monde. Enfin, nous terminerons sur une petite note historique en évoquant les origines de notre pays.
Le portail fédéral (www.belgium.be) du Gouvernement rappelle aux Belges et aux étrangers que «La Belgique est à la fois un pays très ancien et indépendant depuis peu. Les Belges ont été mentionnés pour la première fois, il y a 2.000 ans, par Jules César dans son livre sur la guerre des Gaules. Toutefois, durant des siècles, la Belgique n’a été qu’une partie d’un ensemble plus vaste d’Etats. Le pays n’a accédé à l’indépendance qu’en 1830. La fête nationale est fixée au 21 juillet par une loi du 27 mai 1890. C’est le 21 juillet 1831 que le premier roi des Belges, Léopold Ier, a prêté le serment de fidélité à la Constitution belge, élaborée par le Congrès national et reconnue le 7 février 1831, ainsi qu’aux lois belges.
Le jour de la Fête Nationale, nous jouons et chantons la Brabançonne, nous pavoisons nos maisons et nos rues aux couleurs noir, jaune et rouge du tricolore national qui sont celles de l’écu de l’ancien duché de Brabant. Il représentait un lion d’or (jaune) sur fond de sable (noir), griffes et dents de gueules (rouge).
Notre emblème héraldique est le Leo Belgicus (Léon Belgique), un lion jaune aux griffes et à la langue rouges, sur fond noir. Il est notamment représenté sur le petit sceau de l’Etat.  fédéral.
Ne l’oublions jamais, notre devise est «L’union fait la force». Quant au Te Deum, il est entré dans nos usages en 1866, après l’avènement de Léopold II, à la date du 15 novembre, jour de la saint Léopold.

Didier Reynders