Actu

"Faut-il encore croire en l'Europe?"

A l’occasion de la présentation du rapport annuel de la fédération royale du notariat de Belgique  (FEDNOT), j’ai pris la parole sur le thème “Faut-il encore croire en l’Europe?”.

J’ai évoqué le contexte de montée des populismes : aux Pays-Bas, où les dernières élections se sont finalement soldées positivement, en France aujourd’hui avec un parti d’extrême droite au second tour de l’élection présidentielle, en Allemagne, où un parti d’extrême droite pourrait en septembre retrouver le Bundestag pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale…

L’Europe connaît une crise de confiance. Le report des décisions négatives sur l’Europe et “Bruxelles” est un réflexe qui a des conséquences. L’Europe, on semble l’oublier, c’est la garantie de la paix depuis 60 ans. C’est aussi, malgré les tendances protectionnistes, un marché qui permet la création d’activités et d’emploi.

Les crises à l’Est, avec l’Ukraine, et au Sud de l’Europe sont également des préoccupations fortes. Les conflits en Syrie, en Irak sont à l’origine d’actes terroristes, pour lesquels la Belgique et l’UE mènent une action, sans doute à intensifier au niveau européen en matière d’échange d’informations.  Dans certains pays, outre un repli, ce sont les valeurs mêmes de l’Europe qui sont dans ce contexte mises en question.

Face à cette situation, il faut, d’une part, se demander sur quels sujets on peut  progresser, et, d’autre part, avec qui on peut le faire. Est-on prêt à relancer une politique d’investissements et l’économie? Peut-on organiser un réel contrôle des frontières extérieures? Peut-on développer une politique d’accueil avec une répartition des réfugiés sur tout le territoire? Peut-on assumer notre propre défense, notamment à travers un pilier européen au sein de l’OTAN? Est-on prêt à travailler avec le reste du monde en commerce extérieur?…

Peut-on, sur ces différents sujets, avancer à 27 ou avec d’autres groupes de pays? Si l’on travaille à plusieurs dimensions, il serait possible de pouvoir redémarrer une politique économique, par exemple avec la zone euro, une politique de défense, par exemple avec les pays présents de l’OTAN…