Actu

Didier Reynders a pris acte de l'ouverture du PS et attend une initiative du Palais

Didier Reynders, Président du Mouvement Réformateur, a «pris acte» de l’ouverture du PS aux Libéraux qui ont jusqu’ici  été exclus des négociations institutionnelles malgré leur première place à Bruxelles et seconde en Wallonie, et attend maintenant une initiative du Palais.
«Il n’y a eu jusqu’à présent aucun contact. Nous attendons une éventuelle initiative du Palais ou de quelqu’un qui serait désigné par le Roi. Nous avons toujours dit que nous étions disponibles mais selon une autre méthode et pour parler aussi des problèmes socio-économiques,» a-t-il expliqué après que le conciliateur royal Johan Vande Lanotte ait demandé au Roi d’être déchargé de sa mission.
«M. Vande Lanotte et le Président du PS Elio Di Rupo constatent aujourd’hui l’échec de la méthode et de la formule retenues jusqu’à présent,» a encore constaté le Président du MR.
«Il n’y a pas de confiance et pas de capacité de se mettre à table. Deux tiers de la crise se sont déroulées sans qu’il y ait la moindre réunion de négociations,» a poursuivi Didier Reynders.
Le Président du MR a rappelé que son parti était tout à fait exclu des discussions depuis 7 mois:
«Nous avons été tout à fait tenu à l’écart et même aujourd’hui nous n’avons pas reçu la note du conciliateur….Je partage le ras-le-bol de beaucoup de citoyens. Je reste convaincu qu’il faut changer la méthode. Je l’ai dit dès le début. Voyons d’abord ce qu’on veut encore faire ensemble et comment nous allons le financer. C’est la seule façon de créer la confiance. On pourra alors parler des autres sujets.»
Didier Reynders a encore insisté sur le fait que son parti avait toujours dit qu’il était disponible mais selon une autre méthode et pour parler aussi des problèmes socio-économiques.
«Toute autre considération est prématurée….Nous n’allons pas nous asseoir à une table où il n’y a personne. Nous attendons une éventuelle initiative du Palais ou de quelqu’un désigné par le Roi. Il y a beaucoup de questions sans réponse à ce stade. La déclaration de M. Di Rupo est un premier signal que les choses pourraient changer,» a encore dit le Président du MR.
«Nous sommes prêts à assumer nos responsabilités. Nous le faisons d’ailleurs depuis les élections au sein du gouvernement d’affaires courantes. Nous avons géré le budget 2010 et la Présidence belge de l’Union européenne, apparemment à la satisfaction générale,» a conclu Didier Reynders.