Affaires étrangères

DeBeKo: davantage de coopération transfrontalière

Ce lundi 18 mars, au Palais d’Egmont à Bruxelles, j’ai organisé la cinquième conférence belgo-allemande. Cette conférence se tenait sous le thème de l’interdépendance entre nos deux pays dans les domaines de l’énergie, de la mobilité et de la digitalisation. Outre le Ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas, de nombreux représentants du secteur privé, de la société civile et du monde académique y ont pris part afin de développer des réseaux communs à tous ces niveaux. La conférence a été ouverte par le Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Emploi, de l’Economie et des Consommateurs Kris Peeters.

L’Allemagne est le plus important partenaire commercial de la Belgique. A la neuvième place, la Belgique est également un partenaire économique très important de l’Allemagne. Les entreprises belges représentent quelques 39,000 emplois en Allemagne tandis que les nombreuses entreprises belges en Allemagne emploient environ 85.000 personnes dans notre pays. S’y ajoutent bien sûr tous les citoyens qui franchissent quotidiennement la frontière pour travailler, faire du shopping ou se détendre.

Qu’il s’agisse de la révolution digitale, de la question de la mobilité ou de celle du marché de l’énergie, à chaque fois l’importance de l’interconnectivité entre les infrastructures revient à l’avant-plan. C’est certainement le cas pour des pays exportateurs comme la Belgique et l’Allemagne. Relier nos infrastructures peut en effet contribuer à améliorer la productivité, à baisser les coûts de transaction, à réduire les pertes de temps ainsi qu’à faciliter les flux d’informations. Tout ceci peut contribuer à une meilleure intégration de nos marchés et à accroître notre prospérité et notre bien-être.

A la lumière de ces défis sociétaux qui dépassent les frontières nationales, les partenariats transfrontaliers jouent un rôle important. C’est autant vrai pour les investissements dans l’innovation digitale, que dans la production et la distribution intelligente d’énergie durable afin d’assurer la continuité de notre approvisionnement énergétique. Sur le plan de la mobilité, la technologie ouvre de nouvelles possibilités qui profitent de l’échange de « meilleures pratiques » de part et d’autre des frontières.

En tant que membres fondateurs de l’Union Européenne, la Belgique et l’Allemagne ont toujours milité pour davantage de collaboration en son sein. Nos deux pays partagent également le fait d’être des états fédéraux, avec une tradition de concertation permanente entre les différents niveaux de pouvoir.

A côté de leur proche collaboration au niveau bilatéral et européen, la Belgique et l’Allemagne se tiennent également côte-à-côte en matière de coopération internationale. Le plus bel exemple en est sans doute notre présence commune au Conseil de sécurité en 2019-2020. Tant la Belgique que l’Allemagne sont décidées à intensifier la coopération européenne à New York. Le déjeuner de travail organisé à la fin janvier au Palais d’Egmont avec les cinq états membres de l’UE siégeant actuellement au Conseil de sécurité et la Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Federica Mogherini, l’a mis clairement en évidence.

>> COMMUNIQUE DE PRESSE: Didier Reynders plaide pour davantage de coopération transfrontalière lors de la conférence belgo-allemande à Bruxelles

Pour consulter l’ensemble du diaporama, cliquez ici

Le discours complet est disponible ici