Actu

D. Reynders et J. Vande Lanotte acceptent une nouvelle mission après un 7ème rapport au Roi

Les informateurs Didier Reynders et Johan Vande Lanotte ont remis leur rapport au Roi accompagné d’une note sur les défis budgétaires et socio-économiques. Ceci clôture la période d’information classique. Ils feront un rapport final au Roi au plus tard début octobre.

Pour différentes raisons, s’engager dans un processus de formation n’est pas possible aujourd’hui. Il y a lieu de considérer qu’il en sera ainsi tant que les gouvernements des Régions et des Communautés n’auront pas été formés. En termes de contenu, des étapes préparatoires doivent également être franchies avant qu’une formation puisse éventuellement débuter.

Pour ces raisons, le Roi a donné à Didier Reynders et Johan Vande Lanotte la mission d’approfondir encore durant les prochaines semaines une série de sujets spécifiques et d’essayer, dans ces matières délicates, de trouver des convergences entre les différents partis. Il s’agit de thèmes comme la migration, les pensions, l’assurance-maladie, l’emploi, la sécurité, le budget, le climat, l’énergie, la pauvreté, la défense, …  Dans ces matières, des propositions concrètes seront élaborées, à propos desquelles il est apparu, des discussions d’information, que des idées convergentes seront nécessaires pour arriver plus tard à une phase de formation. 

Au départ de l’analyse résultant de la phase d’information, Didier Reynders et Johan Vande Lanotte estiment que la formule la plus appropriée, à l’heure actuelle, est celle impliquant les deux plus grands partis, issus de chacune des deux grandes communautés.  Des propositions plus détaillées seront examinées dès lors avec les représentants des six partis susceptibles de participer à une telle formule. Ces discussions pourront avoir lieu lors de réunions bilatérales, par communauté linguistique ou famille politique.

Au cours des dernières semaines, les informateurs ont poursuivi les discussions dans la discrétion en vue de la formation d’un gouvernement fédéral. Le mercredi 28 août, ils ont organisé une réunion avec les sept partis qui, à ce moment-là, pouvaient jouer un rôle dans la formation d’un gouvernement fédéral. Durant celle-ci, ils ont passé en revue les situations budgétaire et socio-économique. Ils l’avaient fait pour la première fois le dimanche 28 juillet. Ils ont également poursuivi l’élaboration de la note, destinée à servir de base aux futurs entretiens de formation et dont maintenant des parties plus détaillées seront élaborées. Ils sont aussi restés en contact avec les responsables des négociations dans les Régions et les Communautés.

Didier Reynders et Johan Vande Lanotte tiennent à remercier les partis pour les discussions constructives menées ces derniers temps et sur base desquelles ils peuvent entamer cette nouvelle mission.

Vue d’ensemble de la mission d’information

  1. Lors de leur première semaine d’information du 30 mai au 6 juin, les informateurs avaient dressé un premier bilan politique, économique et social avec leurs interlocuteurs.
  1. Du 7 au 16 juin, dans un second tour d’information, ils ont poursuivi ces discussions afin de définir les principaux défis pour notre pays et nos concitoyens. Au cours de cette période, les informateurs ont eu une deuxième série de rencontres avec les présidents de tous les partis qui étaient, à ce moment-là, en mesure de jouer un rôle dans la formation d’un gouvernement fédéral, en tenant compte des attitudes des différents partis les uns envers les autres. Ils s’étaient également entretenus avec les responsables des négociations dans les Régions et les Communautés. Au cours de ces dix jours, les informateurs ont discuté avec chaque parti de la façon dont ils entendaient relever les principaux défis de la prochaine législature.
  1. Du 17 au 30 juin, dans un troisième tour d’information, les informateurs ont mené des discussions plus approfondies avec les partis susceptibles de jouer un rôle dans la formation d’un gouvernement sur la manière dont ils entendaient relever les principaux défis. Concrètement, ces discussions portaient alors sur:
  • le budget, la voie vers l’équilibre au cours de la prochaine législature et la réduction de la dette publique. À politique inchangée, le déficit budgétaire s’élèverait à 11 milliards en 2021
  • la concertation sociale entre les syndicats, les employeurs et le gouvernement ainsi que la méthode de travail et la mise en œuvre de cette concertation
  • le marché du travail, la création d’emploi et le soutien aux entreprises, aux (petits) entrepreneurs et aux start-ups
  • le pouvoir d’achat de nos concitoyens
  • le climat sur la base de la note de l’expert Jean-Pascal van Ypersele, ainsi que la politique énergétique et de mobilité qui y est liée
  • la lutte contre la pauvreté, notamment le rehaussement des revenus les plus bas et des allocations sociales au niveau du seuil de pauvreté et l’accès aux soins de santé
  • la politique de plusieurs grands départements fédéraux :
    • sécurité : justice, police et défense
    • pensions : pension minimale et âge de la retraite
    • migration, tant au niveau national qu’européen
  1. Le 1er juillet, les informateurs faisaient, pour la troisième fois, rapport au Roi Philippe, qui a prolongé leur mission d’un mois, avec un rapport intermédiaire le 12 juillet sur l’avancement des discussions. Au cours de leur quatrième tour d’information, les informateurs ont changé d’approche. Sur la base des contacts avec les partis susceptibles de former un gouvernement fédéral, ils ont travaillé à l’élaboration d’une note pouvant servir de point de départ pour de futures discussions de préformation. Des discussions substantielles et intensifiées ont eu lieu avec les familles politiques et les partis. Ces discussions ont abouti à une note de préformation contenant les priorités des partis impliqués.

À partir du 1er juillet, un certain nombre de progrès ont été réalisés.

  1. Les informateurs sont restés en contact avec les responsables des négociations dans les Régions et les Communautés. En Wallonie, la tentative de former un gouvernement minoritaire a été abandonnée. Des discussions exploratoires ont été lancées entre PS, MR et Ecolo sur la formation éventuelle du gouvernement wallon et de la Communauté française, doté d’ une majorité dans les Parlements concernés. En Région de Bruxelles-capitale, un gouvernement avait, entre-temps, été installé.
  2. Comme annoncé début juillet, les informateurs ont mené des discussions avec les familles politiques restantes (socialistes, libéraux et verts) ainsi qu’avec la N-VA et le CD&V. Sur la base de ces discussions intensives, ils ont soumis au Roi une note de préformation, pouvant servir de point de départ aux discussions en vue de former un gouvernement fédéral. Un dialogue ouvert a pu être mené en s’appuyant sur cette note.
  3. Fin juillet, les informateurs ont envoyé une invitation à 8 partis politiques pour une première réunion commune. 7 partis ont répondu favorablement : N-VA, PS, MR, CD&V, Open VLD, Sp.a et Groen. Ecolo a décliné l’invitation. Avec ces 7 partis, ils ont discuté de la mission d’information, des progrès enregistrés, ainsi que des principaux thèmes de la note de préformation, pour déterminer s’il était nécessaire d’ajouter ou de modifier certains sujets afin de pouvoir organiser de nouveaux contacts et discussions dans les semaines suivantes. Enfin, les informateurs ont abordé la situation budgétaire et le dernier rapport du Comité de monitoring y relatif.
  1. Le 29 juillet, les informateurs se rendaient, pour la cinquième fois, auprès du Roi. Ils ont ensuite poursuivi discrètement leur travail avec les 7 partis ainsi que les discussions sur la base de la note de préformation, qu’ils ont approfondie. Ils ont continué de suivre attentivement la situation budgétaire. Le 17 août, ils ont rendu un rapport intermédiaire au Roi. Le 28 aout ils ont organisé une réunion avec les sept partis qui, à ce moment-là, pouvaient jouer un rôle dans la formation d’un gouvernement fédéral. Au cours de cette réunion, ils ont présenté la situation budgétaire et socio-économique. Plusieurs contacts ont encore eu lieu dans les jours suivants, tout en gardant le contact avec les responsables des négociations dans les Régions et les Communautés.