Affaires étrangères

Conférence Alumni LSM – Brexit

Ce jeudi 21 mars 2019, je me suis exprimé à la tribune des Alumni de la Louvain School of Management. Nous y avons débattu du Brexit.

Bien que la Belgique se prépare activement à un no-deal, elle met tout en œuvre pour qu’un accord permettant un retrait ordonné soit approuvé. C’est pourquoi elle s’est montrée ouverte à l’idée d’un report comme demandé par la Première ministre britannique Theresa May. Un court report offre une chance supplémentaire au gouvernement britannique de faire approuver l’accord et de le mettre en œuvre en droit interne.

Toutefois,  un tel report doit se justifier par un objectif clair et surtout ne pas porter atteinte au bon fonctionnement des institutions européennes et ce, notamment en ce qui concerne les élections européennes de mai prochain.

Le gouvernement fédéral, en étroite concertation avec les entités fédérées  et avec la Commission européenne, a déjà mis en place un certain nombre de mesures pour pouvoir pallier l’éventuel retrait du Royaume-Uni sans accord, notamment un projet de loi Brexit fédérale mettant l’accent sur la protection des citoyens (actuellement en discussion au Parlement), ainsi qu’un processus de recrutement et de formation pour les douanes et l’AFSCA.

Etant donné que le Royaume-Uni est le quatrième partenaire commercial de la Belgique, le deuxième de la Flandre et le premier de Zeebrugge, notre pays serait le deuxième pays le plus affecté après l’Irlande en cas de no-deal. D’où ces préparatifs intensifs de notre part.

En ce qui concerne l’avenir, nous souhaitons garder une relation la plus étroite possible avec le Royaume-Uni, car c’est un partenaire-clé dans les domaines commercial, sécuritaire ou encore dans l’aide au développement.