Actu

Bruxelles : Beliris rénove le Théâtre de Toone

Dans le cadre de Beliris, l’enveloppe fédérale pour Bruxelles dont j’ai la charge, j’ai visité le théâtre de Toone.

Cette institution du folklore de la capitale, installée au bout de l’impasse de la rue du Marché aux Herbes depuis 50 ans, va bénéficier, fin de ce mois d’août, d’importants travaux de rénovation et d’agrandissement.

Le chantier se concentrera sur trois maisons et visera à créer un espace d’ateliers, un espace pour le stockage, des coulisses et un logement pour le concierge.

À l’arrière du site, côté Petite rue des Bouchers, la plus petite des trois maisons, en piteux état, va être restaurée pour pouvoir accueillir la conciergerie. Le but est d’en revenir le plus possible à la situation originelle. Les châssis en pitchpin seront remplacés par des châssis en résineux de la région avec label FSC. Avec vitrage à haut rendement. À l’étage, on vérifiera s’il n’y a pas de mérule et on traitera les boiseries.

L’isolation de ces vieilles maisons sera fignolée, grâce à la pose d’un enduit à la chaux sur les murs. Le chauffage et la ventilation seront optimisés et installés dans les caves.

Au rez de la maison directement dans le prolongement du théâtre actuel et donnant sur la cour centrale, on trouvera un espace d’accueil des visiteurs, d’où ils pourront être dirigés vers l’estaminet ou vers les salles d’exposition aux étages. On y trouvera aussi l’ascenseur pour les PMR et des toilettes.

Le rez-de-chaussée de la maison voisine, qui donne aussi sur cette cour, abritera, lui, les ateliers de confection des marionnettes. Une grande baie vitrée amènera de la lumière naturelle et permettra d’apercevoir l’atelier et la collection des quelque 1.250 marionnettes.

Le premier étage de ces deux maisons voisines accueillera une extension du musée. Sa superficie sera triplée pour atteindre 90 m².

Le deuxième étage sera également utilisé. À l’arrière et dans le prolongement de la scène, des coulisses et loges seront aménagées. Tandis que le deuxième étage de la maison d’à côté servira, lui, d’espace de stockage pour les marionnettes.

Le chantier, estimé à 1,3 million d’euros, devrait durer deux ans et se terminer au printemps 2018.

© Marc Beaudelot, La Capitale