Actu

Avec la Princesse Astrid à Genève pour la lutte contre les mines anti-personnel

Ce 30 novembre, je participe à Genève, aux côtés de la Princesse Astrid, à l’ouverture de la 14e réunion des Etats parties à la Convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines anti-personnel.

La Belgique préside en 2015 cette Convention, le Chili prendra son relais en 2016.

Durant la semaine, la 14ème session passera en revue les différents articles de la Convention : universalisation de la convention, destructions de mines, destruction des stocks, cooperative compliance, transparence et rapportage.

Dans mon intervention d’ouverture, j’ai insisté sur le fait que la Convention d’Ottawa n’était pas un instrument juridique isolé mais constituait un élément d’une stratégie globale qui a pour objectif la réalisation de la “sécurité humaine”, c’est-à-dire la sécurité individuelle des personnes, souvent les plus vulnérables, tant pendant qu’après les conflits conventionnels.

En pointe dans la lutte contre les mines anti-personnel, notre pays a décidé de consacrer une contribution extraordinaire de 330.000 euros avec pour objectif de garantir le bon fonctionnement des mécanismes établis par la Convention d’Ottawa pour les prochaines années. Beaucoup de travail reste en effet à accomplir : des drames ont lieu quotidiennement à cause de cette arme des lâches.


La Princesse Astrid a souligné l’importance de l’universalisation de la Convention, qui demeure un défi à atteindre alors que 163 pays l’ont à ce jour rejointe.

Puis nous avons inauguré les expositions «  Demining within the Belgian Defense Forces », consacrée au déminage et mise sur pied par le SPF Défense ; “Tiramisu” (Toolbox Implementation for Removal of Anti-personnel Mines, Submunitions and Uxo), consacrée aux méthodes innovantes en matière de déminage ; ainsi qu’une œuvre du photographe britannique Ian Alderman, juxtaposant des photos de soldats de la Première Guerre mondiale dans des photos d’aujourd’hui.

En sa qualité d’Envoyée Spéciale pour la Convention d’Ottawa, la Princesse a ensuite présidé une session de haut niveau sur l’assistance aux victimes dans le cadre du Plan d’action de Maputo (2014).