Actu

European Business Summit – EBS – Séance Plénière Didier Reynders – Federica Mogherini

Le European Business Summit s’est réuni ces 23 et 24 mai derniers au Palais d’Egmont dans le but d’aborder les grands changements auxquels l’Europe est confrontée. Ce sommet a rassemblé pas moins de 2000 participants des milieux économiques, politiques, académiques et journalistiques belges et européens.

Personnellement, je suis intervenu aux côtés de la Haute représentante pour les affaires étrangères de l’Union européenne, Federica Mogherini, sur le thème de: “l’Europe, pôle de stabilité dans le monde actuel?” lors d’une séance plénière.

Tout d’abord, je suis revenu sur le rôle global de l’Europe et sur les défis stratégiques auxquels elle doit faire face. En effet, l’ordre multilatéral se trouve désormais ébranlé: certains alliés le mettent en doute, le contestent ou envisagent même des alternatives. Cela soulève une question fondamentale:” comment l’Europe pourra-t-elle défendre ses intérêts et conserver sa stabilité et prévisibilité dans ce monde qui change?

Cette volatilité amène des incertitudes tant au niveau de la reprise économique qu’au niveau des opportunités d’affaires. Dans le contexte politique, cette situation alimente le populisme et engendre des évolutions électorales imprévisibles telles que rencontrées récemment aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou en Italie. Ce contexte d’incertitude et d’imprévisibilité s’est encore intensifié avec les récentes avancées technologiques, en particulier avec la digitalisation et l’usage des “Big data”.

Il est donc très important que l’Europe prenne ses responsabilités et défende ses propres intérêts sur différents plans:

Sur le plan de la défense et de la sécurité:

Grâce à un système de coopération structurée permanente, il est possible d’intensifier la coopération militaire opérationnelle ainsi que la recherche commune et les capacités de développement entre les états membres de l’Union européenne.

Sur le plan de l’économie et du commerce:

L’Europe continue d’être une puissance globale indiscutable. Cependant, certains alliés remettent en cause le caractère prévisible et ouvert de notre système multilatéral de commerce, notamment, l’Organisation Mondiale du Commerce et son système de règlement des différends. Il est donc impératif pour l’Union Européenne de bâtir des alliances, et de poursuivre les négociations avec certains partenaires (Mercosur, Australie, Nouvelle-Zélande,…) ou de conclure des accords commerciaux avec d’autres (Japon, Canada, Singapour, Vietnam).

Sur le plan politique:

L’Europe poursuit un dialogue positif avec les Etats-Unis. Il est très important de conserver un agenda politique en matière de commerce avec tous les partenaires, ce qui permettra de construire de nouvelles alliances. Pour cela, il faudra faire preuve de fermeté dans la défense de nos principes clés tels que le multilatéralisme, l’état de droit ou le respect du droit international, ou encore le développement durable

Enfin, si l’Europe souhaite jouer un rôle de stabilité dans le monde, elle devra montrer sa volonté d’agir en tant qu’acteur politique en s’engageant toujours plus dans des projets communs avec ses partenaires (la lutte contre le terrorisme, l’accord de Paris sur le climat ou encore l’accord sur le nucléaire iranien,…).