Actu

Burundi: Réaction du ministre Reynders au référendum

J’exprime ma forte préoccupation suite au référendum du 17 mai sur la révision de la Constitution burundaise, dont les résultats ont été annoncés ce lundi.

Si la majorité et l’opposition ont finalement pu faire campagne pendant la période officielle, la Belgique regrette le manque de transparence du processus de révision constitutionnelle. Celui-ci s’est déroulé dans un climat de menaces et d’intimidation symbolisé par les nombreuses arrestations arbitraires de militants de l’opposition, des pressions sur la population et de graves atteintes à la liberté de la presse.

La révision constitutionnelle risque de menacer les acquis d’Arusha en termes de protection des minorités ethniques et politiques, de porter atteinte au dialogue mis en place par la médiation de la Communauté Est-Africaine et dès lors d’approfondir la crise actuelle.

Ces derniers jours, j’ai évoqué la situation avec de nombreux partenaires bilatéraux et multilatéraux, y compris l’Union Africaine et les Nations-Unies. Tous sont persuadés que la seule solution à la crise actuelle est le dialogue inclusif sans préconditions et appellent donc les autorités burundaises à faire rapidement des gestes d’ouverture qui permettront de réconcilier toutes les composantes de la société et remettre le Burundi sur le chemin de la démocratie et de l’état de droit.

>>> COMMUNIQUE DE PRESSE (F/N/E): Burundi: Réaction du ministre Reynders au référendum