- Didier Reynders - http://www.didierreynders.be -

Beliris – institutions culturelles fédérales

Posted By superadmin On 26 juin 2015 @ 13 h 30 min In | Comments Disabled

BELIRIS

Note de politique générale 2017

Accord de coopération entre l’État fédéral et la Région de Bruxelles-Capitale, Beliris est une enveloppe permettant de soutenir des projets pour Bruxelles en tant que capitale de la Belgique et de l’Europe.

Beliris réalise des projets de construction, de rénovation et de restauration dans des domaines variés: mobilité, logements sociaux, espaces verts, revitalisation des quartiers, culture, patrimoine, sport.

Dans la négociation de l’avenant 12 (années 15-16-17), je souhaitais recentrer les projets Beliris sur des projets de plus grande envergure et consacrer de plus en plus de moyens aux projets en lien avec la mobilité.  L’avenant consacre ce souhait en prévoyant un budget de 250 millions pour l’amélioration de la mobilité à Bruxelles. La plus grande partie de ce budget, soit 150 millions, est consacrée à la réalisation d’une nouvelle ligne de métro automatique entre la Gare du Nord et Bordet.

Par ailleurs, 87 millions sont consacrés à des investissements destinés à promouvoir la restauration du patrimoine culturel à Bruxelles, notamment 20 millions pour la rénovation du  conservatoire, 30 millions pour les musées du Cinquantenaire et les musées royaux des Beaux-arts, 5 millions pour le théâtre de la Monnaie et 11 millions pour BOZAR.

82 millions sont consacrés à la continuation des projets en cours des réaménagements d’espaces publics et d’espaces verts en Région de Bruxelles-capitale et 212 millions à des contrats de quartiers, des logements sociaux et d’infrastructures sportives. Finalement, un budget de 47 millions sera consacré à des acquisitions de terrains, à des aménagements d’espaces publics dans les nouveaux quartiers de Josaphat ou Delta ou à des investissements dans le cadre du plan canal de la Région.

Au niveau de la réalisation des nombreux projets, en 2017, les grands projets suivants devraient démarrer ou se terminer :

-           les travaux de réaménagement de la Porte de Ninove ont démarré. Après les interventions de la STIB et de VIVAQUA, Beliris entamera les travaux d’aménagement des espaces publics.

Par ailleurs, Beliris déposera au début de l’année 2017 les demandes de permis d’urbanisme pour la construction de 2 passerelles cyclo-piétonnes à la Porte de Ninove et à Comte de Flandre. La réalisation de ces passerelles permettra de fluidifier les liaisons douces entre les 2 rives du canal.

-           Boulevards du centre : Beliris participe à la rénovation complète des boulevards du Centre et des abords de la Bourse. Suite aux recours introduits contre les permis délivrés par la Région, ceux-ci ont été retirés, et le dossier a été complété. Un nouveau permis devrait être délivré encore cette année.

L’entrepreneur a été désigné. Les travaux seront réalisés par phase et débuteront par la Place De Brouckère.  A la demande de la Ville et de la Région, les travaux d’étanchéité de la station De Brouckère devraient démarrer sous peu et permettre, dès la délivrance des permis, d’aménager un nouvel environnement urbain.

Une bonne partie des questions de mobilité ont été résolue par la Ville, notamment rue du midi  et autour de Fontainas. La Ville devrait encore apporter une solution au problème de circulation vers le boulevard Max venant de Fossé-aux-Loups.

L’aménagement qui interviendra après la phase de travaux  est un élément essentiel pour rendre une attractivité à cet endroit essentiel de la ville. La situation des commerçants qui ont été particulièrement touchés par les conséquences de la fréquentation de Bruxelles suite aux attentats et les problèmes de mobilité suite à la fermeture de tunnels doit être une préoccupation essentielle des autorités politiques. La Région et la Ville travaillent enfin ensembles au travers d’Atrium sur l’attractivité commerciale du Centre.

-           Le permis d’urbanisme pour la construction une passerelle de transports en commun au-dessus du canal dans le prolongement de la rue Picard ayant été délivré en 2016, les travaux devraient démarrer dans la seconde moitié de 2017.

-           les études pour la réalisation de la ligne de métro entre la Gare du Nord et Bordet avancent selon le timing prévu. L’avant-projet détaillé a été approuvé par le Gouvernement régional bruxellois.

Les modalités de financement de ce projet, estimé à 857 millions d’euros, hors matériel roulant, ont été déterminées. Beliris investit déjà 150 millions dans le cadre de l’avenant n°12 et devrait continuer à financer 50 millions par an. Pour mémoire, ce projet prévoit la réalisation de 7 nouvelles stations (Liedts, Colignon, Verboeckhoven, Riga, Paix, Tilleul et Bordet) et la création d’un nouveau dépôt à Haren. Cette nouvelle ligne de métro automatique permettra de faire la liaison centre-ville /Bordet en 15 minutes, soit une vitesse commerciale de 30km/h. Début 2017, les demandes de permis d’urbanisme seront déposées.

-           Le réseau de métro devant être développé pour répondre aux besoins de tous ceux qui vivent ou travaillent à Bruxelles, il a été convenu dans l’avenant 12 de lancer une étude de faisabilité pour la réalisation de la prolongation du métro vers le Sud de Bruxelles. Cette étude, qui devrait être attribuée fin 2017, permettra d’une part, de vérifier l’opportunité socio-économique du projet, et d’autre part, sa faisabilité. Elle permettra également de déterminer le tracé idéal de cette prolongation de la ligne Bordet – Albert actuellement en projet.

-           En ce qui concerne le Parc du Cinquantenaire situé dans le quartier européen, les demandes de permis d’urbanisme pour la restauration du petit patrimoine (statues, exèdres, grilles) et pour les illuminations des bâtiments ont été délivrées. Les travaux devraient démarrer en 2017. En ce qui concerne le réaménagement du parc et son éclairage, les études sont en cours et devraient permettre le dépôt d’une demande de permis dans le courant de l’année prochaine.

-           Les travaux de réaménagement de la place Jourdan démarreront l’année prochaine, ainsi que ceux de restauration des abords de tour Eggevoort dans le Parc Léopold.

-           Comme annoncé, le programme de logements sociaux entamé précédemment poursuit son parcours. Les travaux de rénovation des complexes Musin (41 logements), Linné-Plantes (50 logements) à St-Josse et « Archiducs » dans la cité Floréale à Watermael (44 logements) ont démarrés. Quant aux travaux  de rénovation des logements rue de l’Olivier à Schaerbeek (30 logements), ils démarreront en 2017. Finalement, les études pour la rénovation des complexes Relais à Ixelles ont démarré, celles de Peterbos à Anderlecht démarreront début 2017 et celles de Potiers à Bruxelles fin 2017.

-           Dans les quartiers, les investissements de Beliris se poursuivent selon le programme établit avant 2014. C’est ainsi que dans le courant de l’année 2017, nous construirons notamment des logements à Anderlecht dans le contrat de quartier Lemmens et dans le contrat Méridiens à St-Josse ou rénoverons des voiries à St-Gilles dans le cadre du contrat de quartier Méridien. Nous subventionnons aussi des contrats de quartier à Schaerbeek, à Bruxelles-Ville, à Molenbeek et à Etterbeek.

-           Les travaux de construction d’un pôle de compétences mécanique à Anderlecht ont démarré récemment. Ils dureront environ 18 mois. A terme, ce centre de 6.000 m² permettra de former simultanément 500 jeunes bruxellois aux métiers industriels tels que soudeurs, ascensoristes,  électromécaniciens, etc.

-           Beliris financera en 2017 l’acquisition par City-dev. d’un bâtiment pour l’implantation d’un pôle de compétence qui formera aux métiers informatiques, dans le cadre d’un projet réalisé en synergie avec les universités et le secteur privé.

-           De manière plus ponctuelle, les travaux à la piscine Louis Namèche se sont terminés en 2016, ceux pour la piscine de Schaerbeek démarreront en 2017 alors que les travaux de rénovation de la piscine d’Ixelles seront mis en adjudication, après délivrance du permis d’urbanisme, en 2017.

-           Outre la rénovation des ateliers du Théâtre royal de la Monnaie qui se termine actuellement, en 2017, la réalisation d’un tunnel sous la rue Léopold permettra aux décors montés dans les ateliers de rejoindre aisément le Théâtre. Cet investissement, couplés à toute une série d’investissements en matière de sécurité, d’économies d’énergie, etc. permettra à la Monnaie de faire des économies de fonctionnement.

-           En 2017, Beliris allouera au Palais des Beaux-Arts d’importants budgets d’investissement pour financer notamment la rénovation de la salle M et du studio.

-           Le cahier des charges de l’étude Masterplan du Conservatoire sera publié rapidement. La SA qui gérera le site doit encore être créée par la Régie et les Communautés.

-           Fin de cette année, les études pour la construction d’un Library en Innovation Center sur le site de l’ULB/VUB démarreront. Ce nouveau bâtiment d’une superficie de 9.000 m² permettra de regrouper sur un seul site l’ensemble des bibliothèques scientifiques et techniques des 2 universités et devenir un centre de connaissances et d’échanges pour 14.000 étudiants et chercheurs. Le dépôt de la demande de permis d’urbanisme est prévu pour début 2018.

-           A proximité immédiate des campus de l’ULB et la VUB, la Région de Bruxelles-capitale a souhaité que Beliris finance l’acquisition des terrains des Casernes du quartier Couronne, pour la réalisation d’un projet de cité universitaire internationale. Cette acquisition aura lieu encore en 2016. En 2017, Beliris lancera les études de désamiantage et de dépollution du site, ce qui permettra de le viabiliser dans le cadre d’un projet d’ouverture du site intégré vers la ville, qui comprend e.a. du logement pour étudiant, des équipements destinés aux universités,  dont une partie soutenue également par le FEDER.

Dans le budget, les crédits d’engagement et de liquidation ont été revus  à la hausse lors de la  conclusion de l’avenant 12. Ils représentent 140 millions en engagement et 125 millions en liquidation.

>>> BELIRIS : Avenant 12 approuvé et deux initiatives

>>> Accord Beliris : priorité à la mobilité à Bruxelles

LES INSTITUTIONS CULTURELLES FÉDÉRALES

Note de politique générale 2017

Concernant les trois institutions culturelles fédérales – le Théâtre Royal de la Monnaie (la Monnaie), l’Orchestre national de Belgique (ONB) et le Palais des Beaux-Arts (BOZAR) – , le Gouvernement s’est engagé à maintenir l’investissement à leur égard et à examiner les possibilités de synergies et de gains d’efficacité pouvant être réalisés grâce à une plus étroite collaboration entre l’ONB et la Monnaie. Ces engagements traduisent l’ambition nourrie par l’Etat à l’égard de ces institutions et à l’égard de la préservation de la qualité de leurs activités, essentielles au développement économique, culturel et social de notre pays et de Bruxelles.

Fort de ces engagements, la première étape fut de se confronter aux difficultés auxquelles sont soumis les ensembles musicaux fédéraux depuis plusieurs années, en raison de l’évolution du contexte économique, d’éléments structurels propres mais aussi des défis que connaît l’ensemble du secteur musical.

En mars 2015, la mission « d’établir un état des lieux des ensembles orchestraux fédéraux et de fixer toute possibilité de synergies visant à utiliser au mieux toutes les ressources disponibles pour atteindre un haut degré de qualité » avait été confiée à Monsieur Jean-Marie Blanchard, expert international reconnu pour ses connaissances et compétences en matière de fonctionnement des opéras et orchestres. Cette mission, menée avec l’aide et l’expertise des trois institutions culturelles fédérales, a abouti à l’établissement d’un rapport, en septembre 2015, préconisant un certains nombres de pistes  concrètes visant un redéploiement de l’offre musicale fédérale au travers du développement de projets artistiques communs, devant aboutir à la mise en place progressive et naturelle d’un dispositif  proportionné aux besoins.

Ce rapport a été le point de démarrage d’un processus approfondi de discussions et de négociations au sein des institutions culturelles fédérales et plus spécifiquement des orchestres. Sur base de ces discussions, un contrat de gestion entre l’Etat fédéral et chacune des institutions  a pu être signé, le 18 mai 2016.

Ces contrats de gestion constituent une première pour l’ONB et la Monnaie qui ne disposaient jusque-là que de protocoles de gestion minimalistes. Ils sont conclus jusqu’au 31 décembre 2019. Ils s’articulent autour des axes principaux suivants:

  • La clarification tant des missions que des moyens confiés aux institutions pour toute la durée des contrats.
  • La mise en place de synergies opérationnelles et artistiques visant le développement d’une solidarité entre les institutions, la création de projets nouveaux et la mise en œuvre du redéploiement de l’offre musicale.
  • Une clarification et une modernisation de la gestion des ressources humaines par l’établissement, pour la Monnaie et l’ONB, d’un plan de personnel, conformément aux remarques formulées par la Cour des Comptes. Les plans de personnel devront intégrer l’impact positif des synergies. Ils sont actuellement en cours de finalisation  au sein des deux institutions concernées.

S’y ajoute l’engagement  pour la Monnaie et l’ONB de procéder à la modernisation des Règlement d’ordre intérieur des deux Orchestres de manière à revitaliser le fonctionnement des ensembles et à permettre échanges et collaborations.

Par ailleurs, les institutions culturelles peuvent dorénavant bénéficier des réductions structurelles de cotisations patronales : l’accord sur la baisse des charges sociales   réduit de 32,4% à 25% le taux pour les travailleurs de la catégorie 1, catégorie à laquelle le Théâtre Royal de la Monnaie et le Palais des Beaux-Arts ont été intégrés.

Chacun des trois contrats de gestion fixe les moyens alloués par l’Etat fédéral aux institutions concernées pour la réalisation des missions de service public qui leur sont confiées. Les dotations ont été ventilées en trois parties correspondant aux parts destinées à couvrir les frais de personnel, les frais de fonctionnement et les frais de production artistique. La fixation des pourcentages y afférents a été établie sur la base d’une analyse approfondie de l’utilisation des financements, fournie par chaque institution. Cette méthode introduit un facteur de stabilisation dans la mesure où elle permet à l’Etat et aux institutions de préfigurer les moyens alloués pour toute la durée du contrat de gestion et de suivre l’évolution des moyens consacrés par les institutions aux trois axes principaux de dépenses.

Les dotations pour l’année 2017 sont pour :

Le Théâtre royal de la Monnaie : 34.404.585 euros;

L’Orchestre national de Belgique : 7.945.129 euros;

Le Palais des Beaux-Arts : 12.439.210 euros.

Les contrats de gestion engagent les institutions à accorder une attention particulière au développement de leurs ressources propres et à assurer leur équilibre budgétaire. Cet équilibre devra également être atteint en termes SEC, sauf dérogation accordée par la Ministre du Budget.

Les investissements nécessaires dans les infrastructures se poursuivent, notamment avec l’aide de Beliris. Au sein de Bozar, il s’agit de rénover la salle M et le Studio et mettre en œuvre la digitalisation. La Régie rénove aussi, entre autres, l’aile Ravenstein, l’électricité et les toitures. Par ailleurs, un nouveau système de billetterie commun aux trois institutions a été développé avec l’aide de Beliris et est opérationnel. L’investissement porte sur l’achat d’un nouveau logiciel de billetterie.  À la Monnaie, se poursuit la mise en œuvre du masterplan: les travaux aux ateliers  menés avec Beliris se terminent en 2016 et la Régie devrait finaliser la rénovation du théâtre en mai 2017. Un tunnel  reliant les ateliers au théâtre poursuit le masterplan. Cette liaison rationalisera grandement la communication et les transports nécessaires entre les ateliers et le théâtre. Des travaux étaient nécessaires au sein du théâtre. Il fallait notamment rénover l’équipement scénique du théâtre, trop vétuste.  Il sera remplacé par un système hydraulique performant. La priorité a aussi été donnée à la qualité de l’accueil réservé au public. Le remplacement des fauteuils et du système de climatisation est en cours.  Le retard pris par cette rénovation en profondeur de la Monnaie a conduit à la nécessité de remanier certaines parties de la programmation.

Les activités des institutions culturelles fédérales ont été impactées par les événements tragiques que nous avons connus en 2015 et 2016. L’impact négatif se situe essentiellement à deux niveaux: une baisse de recettes et un surcoût en raison dépenses spécifiques de sécurisation (investissements, engagements de gardiens, agents de sécurité).

En 2015, des moyens avaient pu être dégagés à hauteur de 2 millions d’euros pour permettre certains investissements non récurrents en matière de sécurité au sein des trois institutions à réaliser en 2015 et en 2016.

Le contexte actuel nous rappelle que le soutien fédéral au développement d’activités culturelles de qualité au cœur de notre capitale reste essentiel.

Ce contexte confirme par ailleurs la pertinence des options prises avec les trois institutions culturelles au travers des contrats de gestion pour la mise en œuvre d’une solidarité entre celles-ci et d’une série d’engagements de synergies fortes tant au niveau opérationnel qu’artistique.

Les contrats de gestion inscrivent une vision d’avenir, projetée à court, moyen et long terme. Etablis dans un souci de concertation, ils veillent à garantir la mise en œuvre effective du redéploiement nécessaire permettant d’ambitionner, de manière durable, un standard de qualité artistique et culturelle à la hauteur du statut de capitale de l’Europe dont bénéficie  Bruxelles. Cette évolution passe par une mise en commun des énergies de chacun et marque un état d’esprit nouveau.

Fortes de leur identité artistique propre, les trois institutions culturelles fédérales  travailleront davantage ensemble et ces synergies nouvelles  aboutiront à la mise en place de projets inédits, novateurs tant pour les institutions concernées, les artistes qui y développent leurs activités que pour les citoyens et les visiteurs de notre pays et de Bruxelles.

Les synergies opérationnelles concernent prioritairement un système de billetterie commune, le développement ICT, la communication et les systèmes d’information comptable et financière. Dix groupes de travail thématiques ont été créés par les trois institutions. Chaque groupe rassemble des représentants de chaque institution et est en charge de la mise en œuvre de synergies spécifiques, artistiques et/ou opérationnelles.

Les synergies artistiques ont été déterminées dans les contrats de gestion avec un calendrier clair. Elles ont été établies après discussion au sein des institutions. La plupart concernent  spécifiquement les deux ensembles orchestraux. D’autres sont à mettre en œuvre de concert par les trois institutions.

Dès ce 10 septembre 2016, s’est déroulé un premier projet artistique commun aux trois institutions intitulé United Music of Brussels. Les trois institutions ont ouvert leur saison en  commun, en organisant une série de concerts au cœur de la capitale. S’en suivront d’autres projets inédits tel qu’un projet commun à l’occasion de l’inauguration de l’orgue de Bozar ou une intégrale Beethoven conçue par les deux orchestres. Au-delà de ces productions partagées, des objectifs de synergies artistiques structurelles ont été fixés. Ils portent notamment sur la mise en place d’une académie d’orchestre commune à l’ONB et à la Monnaie, la centralisation et la gestion commune des bibliothèques musicales, l’organisation d’un parcours éducatif et d’une offre thématique commune aux trois institutions, des échanges renforcés entre les deux ensembles ainsi que la mise en place pour 2020 d’une direction musicale commune aux deux orchestres assurant la cohérence artistiques de la programmation musicale, lyrique et symphonique.

Les institutions culturelles fédérales s’attachent à accorder une attention particulière au renforcement du rayonnement, aux niveaux national et international, de leurs activités.

Depuis le début de cette législature, elles sont associées dans la mesure du possible aux visites d’Etat. La visite au Pays-Bas en novembre de cette année voit, pour la première fois dans le cadre d’une visite à l’étranger, les trois institutions culturelles fédérales présenter une production commune.

>>> 18/5/16 : De nouvelles synergies et de nouveaux projets pour les institutions culturelles fédérales


Article printed from Didier Reynders: http://www.didierreynders.be

URL to article: http://www.didierreynders.be/actions/beliris-institutions-culturelles-federales/

Copyright © 2011 Didier Reynders. All rights reserved.