Accueil  »  2018 - Mars  »  « Réanimons Bruxelles »
mar 7, 2018

« Réanimons Bruxelles »

A Bruxelles, force est de constater que l’immobilité règne. Les chantiers non coordonnés s’accumulent, la congestion fait loi, les solutions alternatives peinent à se développer.

Ce mercredi soir, nous avons dès lors tenté d’apporter certaines solutions aux problèmes de mobilité qui touchent les bruxellois et plus particulièrement les communes du Nord-Ouest.

Lors d’une Conférence organisée par les sections de Bruxelles Nord-Ouest (Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Jette et Koekelberg), je suis intervenu aux côtés des experts: Louis Duvigneaud, Administrateur délégué chez Stratec (bureau d’études en mobilité, économie des transports, environnement et aménagement du territoire) et Olivier Willocx, économiste belge et administrateur délégué chez Beci (Chambre de Commerce & Union des Entreprises de Bruxelles).

Nous avons pu aborder la mobilité à Bruxelles sous différents angles et nous avons répondu aux interrogations du public.

Je suis revenu sur certains grands projets énoncés en début de législature par la Région de Bruxelles-Capitale mais qui ne sont pas encore aboutis en ce début 2018

Je pense par exemple à la rénovation du système légal encadrant les taxis, au nouveau plan directeur pour les bus, annoncé en 2014 et reporté à 2018 ou encore à la création massive de  parkings de « persuasion » qui ont pour objectif d’inciter les gens à laisser leur véhicule dans ces parkings et à rejoindre le centre-ville via un autre mode de transport.

Tous ces projets sont à l’arrêt ou n’avancent que très lentement, à l’instar d’un automobiliste dans Bruxelles.

Ensuite, j’ai tenu à avancer quelques pistes de solutions.

J’ai rappelé le projet de loi fédérale bientôt en application « cash for car », qui consiste à remplacer l’avantage de la voiture de société par une somme d’argent. Je pense en effet que certains auront probablement plus besoin d’une aide au logement ou d’un salaire poche plus important que d’une voiture de société.

J’ai également abordé les solutions à l’étude ou déjà créées dans d’autres villes ou pas assez développées dans la nôtre. Nous sommes également revenus sur les voitures partagées, les parkings souterrains à vélos ou le prolongement du métro

Un débat s’est également tenu sur l’élargissement du ring. J’ai rappelé qu’il était important de réaliser une étude d’incidence qui permettra de faire la lumière sur certains problèmes liés à ce projet. Je suis également ravi que le Parlement bruxellois se penche enfin sur la question, à la demande du groupe MR.

Pour conclure, tout le monde était d’accord de dire que les problème de mobilité ne se résoudront pas via une seule solution miracle mais bien au travers d’une somme de solutions ambitieuses et, pourquoi pas, novatrices.


Imprimer cet article