Accueil  »  2017 - Décembre  »  Colloque organisé par le Centre Jean Gol: « Constituer l’Union Européenne »
déc 10, 2017

Colloque organisé par le Centre Jean Gol: « Constituer l’Union Européenne »

Je me suis exprimé ce samedi lors de la clôture du colloque organisé par le centre Jean Gol sur le thème suivant: « Constituer l’Union Européenne ». Je suis revenu sur l’importance du développement économique et social de l’Europe, du marché intérieur et de ses quatre libertés fondamentales ainsi que sur l’importance non seulement de parler, mais surtout d’agir pour nos valeurs. En effet, le succès de partis populistes dans divers pays de l’Union européenne a été un réel signal d’alarme, qu’on ne peut oublier. L’Europe doit donc démontrer qu’elle peut apporter des résultats concrets – que ce soit dans les domaines de la sécurité, de la lutte contre le terrorisme, de la migration ou encore de la défense, mais aussi – et je crois que cette dimension est particulièrement importante – dans l’approfondissement de l’Europe économique et sociale.

Les défis actuels offrent de nouvelles opportunités de relancer le débat sur l’avenir de l’Union européenne.

Le Brexit bien sûr où jusqu’à présent l’UE arrive à adopter une position unanime sur la question. Il ne faut pas oublier que la Grande-Bretagne est le 4ème partenaire commercial pour la Belgique et le 2ème pour la Flandre, ce qui traduit l’enjeu que représente pour nous la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne.

Avec l’élection de Trump, la prise de position des Etats-Unis s’est éloignée des instances multilatérales les faisant prendre des mesures unilatérales. Je pense particulièrement au Moyen-Orient, au réchauffement climatique ou au dossier nucléaire iranien, où il est important pour l’UE de se positionner davantage et d’accroître son rôle. L’avenir de l’Union européenne passera, je l’espère, également, par un renforcement de la politique étrangère européenne.

Concernant le commerce international, il est possible de prendre en compte les préoccupations légitimes des citoyens. Comme par exemple, accroître la participation des PME ou rendre les accords plus équitables,  y compris avec le grand partenaire qu’est la Chine, en luttant contre le dumping. Je suis également étonné de voir le temps que cela a pris pour obtenir des Etats membres la publication des mandats de négociation des traités internationaux de commerce  - alors que la transparence est clef. Dans toutes ces questions, il importe aussi d’avoir un débat rationnel.

Enfin la migration où, bien que de nombreux progrès aient été réalisé dans la dimension externe de la politique migratoire (contrôle des frontières de l’UE, soutien aux pays d’origine..) et les relations avec les pays d’origine et de transit des migrants, il faut tenter d’avancer sur le plan interne. Cette politique a mis à jour un fossé entre l’est et l’ouest de l’Europe que nous devons combler.

L’équilibre entre solidarité et responsabilité est essentiel sur cette question, comme elle le sera si nous souhaitons approfondir la coopération au sein de la zone euro.

Pour conclure, je pense qu’il est clef de s’attaquer, avec le même sérieux que les analyses des situations économiques des pays membres, à la situation des droits de l’homme et de l’état de droit dans les pays membres. Je plaide donc pour la mise en place d’un mécanisme permanent pour traiter de ces questions, et notre initiative est à ce jour soutenu par plusieurs Etats membres. Une Europe qui défend nos valeurs est également une Europe qui peut parler aux jeunes, ce qui est fondamental. Je me réjouis de l’intérêt pour l’Europe que je rencontre chez eux quand je les retrouve. Soyons donc porteurs d’un projet européen ambitieux.

Toutes les photos sont sous copyright © Nathalie Bidoul


Imprimer cet article