Accueil  »  2017 - Octobre  »  La Politique internationale en 2017: perspectives et enjeux
oct 12, 2017

La Politique internationale en 2017: perspectives et enjeux

Je me suis exprimé ce mercredi à HEC Liège sur les perspectives et enjeux de la politique internationale en 2017.

L’action de la Belgique dans le monde vise à tenter de changer un certain nombre de comportements. Un des comportements que l’on rêverait de pouvoir faire changer, c’est cette obligation de résoudre les conflits : car la meilleure solution serait que ces conflits n’interviennent pas.

On travaille dès lors sur la prévention, le plus en amont possible. C’est la ligne du nouveau Secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres. Comment faire en sorte d’éviter des conflits? Mais, si on les voit apparaître ou s’ils se développent, comment mettre des personnes autour de la table? La Belgique est dès lors également engagée dans la médiation, avec pour objectif de trouver des solutions politiques, négociées.

Nous avons l’intention d’organiser avec la Croix-Rouge internationale en février prochain à New York des événements qui tourneront autour de la médiation. Un débat difficile sera posé, notamment concernant un conflit comme la Syrie : celui de l’intégration de cette médiation politique avec la discussion humanitaire.

A Bruxelles,  un événement abordera la participation des femmes dans la recherche d’une solution aux conflits.

L’Europe, mais la Belgique également, joue un rôle de fer de lance dans la lutte contre le changement climatique. Les Accords de Paris mettent à peu près la planète entière autour de la table pour trouver des solutions en matière de diminution de la consommation d’énergie, d’énergies renouvelables, de limitation des émissions. Nous tentons de développer cette démarche non seulement en Belgique mais aussi en Europe. Nous le faisons en utilisant nos expertises (par exemple en dragage), notamment sur les océans.

Depuis l’attentat du Musée juif de mai 2014, la lutte contre le terrorisme est un enjeu marquant de la politique internationale. Le premier axe est militaire : nous sommes presque au bout de cette action avec une quasi destruction de Boko Haram et une action forte contre Daesh. Pour notre défense, nous collaborons au sein de l’Europe et de l’OTAN. L’autre axe est politique, c’est celui de la médiation : on ne sortira des situations en Syrie, en Irak, que par une solution politique. Et puis nous intervenons dans la reconstruction.

Notre engagement international passe par le multilatéralisme, par l’OTAN, par l’engagement européen. Celui-ci est synonyme de paix, de stabilité et de prospérité sur le continent. Aujourd’hui, à côté de certains thèmes d’actualité comme le Brexit, on doit aussi penser à l’avenir de l’Union en tenant compte des attentes des citoyens, on doit revisiter le Traité de Rome.

Toutes les photos et le diaporama sont sous copyright ©Photographe de la Province de Liège

Galerie photos :

Voir toutes les galeries


  • Archives


Imprimer cet article