Accueil  »  2016 - Mai  »  De nouvelles synergies et de nouveaux projets pour les institutions culturelles fédérales
mai 18, 2016

De nouvelles synergies et de nouveaux projets pour les institutions culturelles fédérales

Après approbation par le Gouvernement sur ma proposition le 29 avril dernier, les contrats de gestion des trois institutions culturelles fédérales ont été officiellement signés ce mercredi 18 mai 2016.

Cette signature entre l’Etat fédéral et l’Orchestre national de Belgique, le Palais des Beaux-Arts et le Théâtre royal de la Monnaie est l’occasion de mettre en lumière les missions essentielles qui leur sont confiées ainsi l’impact positif de leurs activités sur le développement économique, culturel ainsi que sur le rayonnement de Bruxelles et de notre pays.

Dès son installation, le Gouvernement fédéral a réaffirmé le soutien qu’il entend témoigner à ses institutions et les attentes qu’il nourrit à leur égard. Dès 2015, malgré un contexte économique très délicat imposant des mesures d’économie à l’ensemble du secteur public, tous niveaux de pouvoir confondus, j’ai pu obtenir une exception culturelle. Cette exception culturelle est confirmée dans les contrats de gestion : outre le personnel, les dépenses consacrées à la production artistique sont maintenant immunisées des mesures d’économies pour la durée des contrats. L’emploi culturel et artistique en sort renforcé.

À côté de la subvention annuelle fédérale, les institutions peuvent compter sur le soutien de Beliris pour certains projets d’investissement : la fin du masterplan de la Monnaie avec le tunnel en 2017 qui reliera les ateliers et le Théâtre, la rénovation du Studio et de la Salle M à Bozar, des investissements dans la digitalisation,…

Par ailleurs, l’extension du système du tax shelter aux arts de la scène sera de nature à contribuer à une dynamique de renforcement des ressources de financement des créations.

Ces contrats sont l’aboutissement d’un processus approfondi de concertation qui a commencé avec le rapport de Jean-Marie Blanchard concernant l’avenir des deux orchestres et la définition de leur mission. Celui-ci a servi de base à une discussion plus large avec et au sein des trois institutions culturelles fédérales.

L’évolution est nécessaire pour maintenir une offre de programmation lyrique et symphonique toujours plus riche et ambitieuse. Elle passe par une mise en commun des énergies de chacun et marque un état d’esprit nouveau.

Fortes de leur identité artistique propre, les trois institutions culturelles fédérales travailleront davantage ensemble et ces synergies nouvelles aboutiront à la mise en place de projets inédits, novateurs tant pour les institutions, les artistes qui y développent leurs activités que pour citoyens et les visiteurs de la capitale de l’Europe.

À titre d’exemple, les trois institutions se concertent afin de créer un événement musical commun qui marquerait l’ouverture de leurs saisons 2016-2017 et qui prendrait place en divers endroits de la capitale. S’ensuivront d’autres projets tels que celui d’une académie d’orchestre commune à l’Orchestre national et à l’Orchestre symphonique de la Monnaie qui réaffirmera la responsabilité que les institutions culturelles fédérales assument à l’égard de la jeune génération et des projets communs aux trois institutions tel que l’accueil d’artistes en résidence et la mise en place d’un parcours éducatif commun.

En tant que Ministre en charge des Institutions culturelles fédérales, je me réjouis des nouvelles perspectives artistiques et pérennes contenues dans ces contrats de gestion, qui couvrent pour cette première période les années 2016 à 2019.

>>> Sur le même sujet : Approbation des contrats de gestion des institutions culturelles fédérales

Galerie photos :

Voir toutes les galeries


  • Archives


Imprimer cet article