Accueil  »  2016 - Avril  »  Dialogue interconnecté sur l’actualité de la sécurité en Europe
avr 28, 2016

Dialogue interconnecté sur l’actualité de la sécurité en Europe

Ce jeudi, j’ai participé au 4ème « Security Jam », organisé par les Amis de l’Europe.

Lors de cet échange interconnecté avec des politiques, des experts et de nombreux citoyens, je me suis exprimé sur la lutte contre la radicalisation et le terrorisme, la prévention des conflits ainsi que la situation au Moyen-Orient.

En réponse à Simone, qui posait la question d’une approche globale contre Daesh, j’ai souligné l’importance d’une mobilisation collective contre la base du groupe terroriste à Raqqa en Syrie et à Mossoul en Irak. L’objectif principal de la coalition internationale contre Daesh est aussi d’aider et d’appuyer les Gouvernements et autorités légitimes locales dans la lutte contre ce fléau. D’un autre côté, il faut agir contre la propagande du groupe terroriste, notamment à travers le développement efficace d’un contre-narratif au discours de haine et de peur.

Paula m’a demandé des exemples de l’intégration par la Belgique de partenariats globaux ou locaux dans la stratégie de prévention des conflits. J’ai indiqué que la politique de notre pays associe de longue date les organisations non gouvernementales et les acteurs locaux à son action extérieure. Elle s’opère par ailleurs peu à travers des financements aux Gouvernements. Parmi les exemples concrets : aide à la construction d’écoles au Népal, d’espaces de jeu pour enfants en Palestine, d’hôpitaux ruraux en République démocratique du Congo… Aussi, l’inclusion de la société civile, et notamment des femmes, dans la prévention des conflits est essentielle.

Saida a insisté sur la nécessité de plus de dialogue au Moyen-Orient. Un des enseignements du « Printemps arabe » a été le rassemblement de la jeunesse autour de l’idée du changement et des libertés individuelles, exprimé à travers les médias sociaux et internet mais aussi des manifestations dans la rue. L’hiver fut malheureusement plus amer… Aujourd’hui, face aux conflits au Moyen-Orient, nous tentons systématiquement d’inclure les pays de la région dans le nécessaire dialogue en vue d’une stabilisation.


Imprimer cet article