Accueil  »  2016 - Avril  »  Prise de parole au business lunch de BEPOLUX
avr 21, 2016

Prise de parole au business lunch de BEPOLUX

Ce jeudi, au business lunch de Bepolux, la chambre de commerce des entrepreneurs belges et luxembourgeois actifs en Pologne, j’ai abordé les enjeux de notre politique européenne.

Au plan bruxellois tout d’abord, je rencontrerai ce vendredi les représentants des différentes fédérations professionnelles subissant actuellement un ralentissement économique eu égard à divers facteurs.

Au plan européen, nous connaissons plusieurs crises. Il y a plusieurs années, face à la crise des dettes souveraines, des discussions avaient lieu pour savoir si la Grèce devait demeurer dans la zone euro. Je faisais partie de ceux qui souhaitaient le maintien de la Grèce à bord car, si l’on se sépare de la Grèce, quel est le prochain pays? Nous avons donc plutôt tenté de renforcer l’Union européenne et l’union monétaire. Il existe actuellement une supervision européenne des banques, nous tentons d’aller vers une union bancaire et, plus tard, je suis convaincu que nous engrangerons des progrès pour plus d’intégration en matière fiscale et sociale.

La Pologne a sa place dans un renforcement de cette union monétaire. Pendant la crise, nous avons d’ailleurs toujours discuté avec la Pologne.

La crise d’aujourd’hui est celle de la migration. Et certains évoquent le départ de la Grèce de l’espace Schengen… Or c’est un non-sens car, à nouveau, quel pays sera le suivant? Il faut au contraire renforcer certains mécanismes de Schengen et nous nous attelons actuellement à un réel contrôle de nos frontières extérieures. De même, il faut une gestion européenne des hot spots ainsi que de la répartition de l’effort concernant l’accueil des réfugiés.

Les questions de sécurité appellent également un renforcement des politiques européennes. Après plusieurs années, le PNR (enregistrement des données des passagers aériens) vient d’être approuvé par le Parlement européen. Mais il faut améliorer l’échange d’informations entre services nationaux de renseignement.

L’Europe a souvent progressé à la suite de crises nécessitant de nouvelles solutions européennes. Ce devra être à nouveau le cas en ces domaines comme dans d’autres. Pour ce faire, il s’agira sans doute d’avancer selon différentes vitesses et de manière pragmatique, sur des dossiers très concrets.

Galerie photos :

Voir toutes les galeries


  • Archives


Imprimer cet article