Accueil  »  2011 - Avril  »  Didier Reynders explique à ses homologues européens que la Belgique ne se porte pas si mal
avr 11, 2011

Didier Reynders explique à ses homologues européens que la Belgique ne se porte pas si mal

La Belgique a obtenu l’un des meilleurs résultats en Europe en termes de situation fiscale, a déclaré Didier Reynders, Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances MR, à ses homologues européens dans le cadre d’un conseil réunion informel à Gödöllö, en Hongrie, le pays qui assure actuellement la Présidence tournante de l’UE.

Donnant samedi un exposé à ses collègues européens de l’économie et des finances, le grand argentier belge a insisté sur la réduction constante de l’endettement public, freinée seulement ces dernières années par le sauvetage des banques. Il a aussi assuré que la Belgique respecterait son engagement de ramener le déficit sous la barre des 3% du PIB dès 2012 et de revenir à l’équilibre en 2015.

Rappelons que le gouvernement fédéral et les régions du pays se pencheront la semaine prochaine sur la révision du programme de stabilité belge et sur le programme national de réformes (PNR) attendus par la Commission européenne en avril.

«Malgré la situation d’affaires courantes, la Belgique pourra présenter un certain nombre de mesures, notamment en matière d’emploi et de vieillissement. Une évaluation du pacte des générations conclu en 2005 doit intervenir cette année,» a rappelé Didier Reynders.

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances a expliqué à l’agence Belga vouloir «casser les mythes» sur la Belgique, notamment «l’idée qu’on ne prend pas de décisions alors qu’on en prend tous les jours…On a la capacité de décider. La Libye et le budget l’ont montré.»

Didier Reynders veut aussi changer «l’image d’un pays dramatiquement endetté, alors que la Belgique n’a pas de difficulté à financer sa dette.»

La réunion informelle en Hongrie était consacrée au sauvetage financier du Portugal. Selon le Ministre belge, le sauvetage du Portugal devrait permettrait de mettre un terme à la contagion de la crise de la dette souveraine dans la zone euro.


Imprimer cet article