Accueil  »  2011 - Avril  »  Conférence pour RISK MAGAZINE
avr 5, 2011

Conférence pour RISK MAGAZINE

Didier Reynders

Dans le cadre d’une conférence organisée par « Risk Europe » à Bruxelles, le Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances est revenu sur la mise en place d’une nouvelle architecture de supervision financière au sein de l’Union européenne.

En effet, depuis le 1er janvier 2011, l’Union européenne est doté d’un Comité européen du risque systémique, présidé par Monsieur Jean-Claude Trichet, qui a pour mission d’assurer la stabilité du système financier dans son ensemble. Trois autorités européennes seront chargées du contrôle micro-prudentielle : EBA pour les banques, EIOPA pour les entreprises du secteur des assurances et ESMA pour les marchés. Cette nouvelle supervision européenne répond à la nécessité de réformer les marchés financiers suite à la crise financière.

Partant du constat que les institutions financières devenaient de plus en plus internationales alors que le contrôle restait très largement national, l’ensemble des autorités européennes et mondiales ont senti l’urgence de réformer la supervision financière et de lancer des réformes prudentielles (la directive Solvabilité 2 et la directive CRD IV visant à transposer l’accord de Bâle III).

Didier Reynders

Didier Reynders a rappelé sa volonté d’étendre à tous les acteurs et toutes les activités financières qui comportent des risques significatifs une réglementation et une surveillance efficaces et appropriées.

La conférence ...

Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances est revenu sur l’intervention de l’Etat à l’automne 2008 visant à protéger l’épargne des citoyens, à sauvegarder l’emploi et à assurer le maintien du crédit aux entreprises et aux particuliers. Actuellement, la recette que l’Etat perçoit de son intervention dans le secteur bancaire est plus importante que le coût lié à la charge d’intérêt de l’endettement générée par les interventions de l’Etat. En effet, l’Etat perçoit des dividendes en tant qu’actionnaire, des intérêts sur les montants prêtés et des primes sur les opérations de garantie. Le gain net pour l’Etat suite à son intervention  est de l’ordre de 1.5 milliards d’euros.

Notre diaporama …

Galerie photos :

Voir toutes les galeries


  • Archives


Imprimer cet article