Accueil  »  2010 - Janvier  »  «Tous unis» pour «l’Appel»! Le MR tout entier témoigne de son unité autour de son nouveau texte fondateur
jan 31, 2010

«Tous unis» pour «l’Appel»! Le MR tout entier témoigne de son unité autour de son nouveau texte fondateur

Les Orateurs

Plus de 500 mandataires, militants et sympathisants ont témoigné ce dimanche au Palais des Congrès de Liège de leur unité au sein du Mouvement Réformateur en applaudissant «l’Appel Réformateur» intitulé «Mieux, pour Tous», qui a fait l’unanimité.

Mieux pour tous

L’unanimité sur les valeurs, l’unanimité sur les principes fondamentaux pour la société : le travail, la liberté, le pluralisme, de même que le souci de l’humain et la croissance durable.

Ovationné par la foule, le «père» de ce nouveau texte fondateur, Richard Miller, Rapporteur général du Congrès, a souligné qu’il ne s’agissait pas, comme l’ont un peu vite dit certains médias, d’un « virage à gauche. »

« C’est purement et simplement la réaffirmation de ce que nous sommes…Ce n’est pas non plus, autre titre, la nouvelle bible du MR…Ce n’est pas davantage un texte imposé du dessus, » a tenu à préciser le Président de l’Intergroupe du MR.

«L’appel doit se lire dans son ensemble et pas seulement chapitre par chapitre…Dans la société complexe que nous connaissons, tout est dans tout,» a encore dit Richard Miller.

Ce document reprend donc les valeurs indémodables du MR, des valeurs sur lesquelles chacun ne peut que s’accorder et qui ne peuvent que bénéficier à chacun.

« Ce sont les valeurs qu’avaient déjà adoptées ceux qui publièrent le 14 juin 1846 la Charte fondatrice du Parti libéral belge, et on peut se demander qui ils avaient pu plagier, » a rappelé de son côté Willy Borsus, vice-Président du MR, remettant à leur place ceux qui, dans d’autres partis francophones, ont affirmé que les Réformateurs s’étaient inspirés de leur programme.

Avant d’en arriver à ce texte unanimement salué lundi dernier par le Conseil du Mouvement, le Manifeste de 2002, qui avait été pris comme base de réflexion pour cette première étape du «Printemps des Réformes,» comme l’a souligné le Président du MR Didier Reynders, a bénéficié de quelque 3000 contributions des sections, fédérations, mandataires et militants du Mouvement Réformateur, rassemblées et intégrées par le Rapporteur général Richard Miller.

Dimanche aussi, la parole était aux militants et aux mandataires dans la salle du Palais des Congrès de Liège.

L’un et l’autre témoignent d’une volonté d’ouverture et de concertation rare dans les partis politiques en Belgique.

Kattrin Jadin, Présidente du PFF, la composante germanophone du MR, n’a d’ailleurs pas manqué de souligner qu’il s’agissait d’un « exercice difficile. »

« Difficile à ce point que nous sommes les seuls à le faire, » a-t-elle insisté en approuvant l’Appel.

Comme l’ont fait aussi Olivier Maingain, Président des Fédéralistes Démocrates Francophones, et Gérard Deprez, Président du Mouvement des Citoyens pour le Changement (MCC), les deux autres composantes du MR, tout comme Françoise Bertieaux, Présidente de la Régionale de Bruxelles.

Didier Reynders

Didier Reynders a rappelé que le projet d’Appel fera maintenant l’objet de nouvelles discussions internes pour aboutir au printemps à un texte définitif qui sera alors soumis à l’approbation des militants dans le cadre du grand congrès doctrinal et programmatique de synthèse.

Le travail est au premier rang des valeurs défendues par le MR, ainsi que la défense des libertés «réelles» et le choix du modèle interculturel comme base du «vivre ensemble», comme l’ont rappelé Didier Reynders et tous les autres intervenants.

Le Président du MR a lancé un appel à la mobilisation en prévision des prochaines échéances électorales.

« Le temps est à la mobilisation et à l’union sans faille, même si nous avons connus des moments difficiles, je suis résolument optimiste, » a-t-il dit.

« Nous allons animer la vie politique en défendant un projet capable de rassembler au sein de notre Mouvement des femmes et des hommes soucieux de mettre en œuvre des réformes destinées à apporter un mieux pour tous, » a poursuivi Didier Reynders.

A propos de cette valeur essentielle qu’a toujours été le travail, le Président a réaffirmé le soutien des Réformateurs vis-à-vis de toutes celles et tous ceux qui travaillent, qui veulent travailler, qui ont travaillé ou sont empêchés de travailler.

Il a aussi assuré que «face aux mesures brutales annoncées par de grandes sociétés qui réalisent des bénéfices plantureux, nous serons toujours aux côtés de ceux qui travaillent et veulent continuer à travailler.»

Et de critiquer directement les licenciements qui avaient été envisagés par la multinationale brassicole AB Inbev, « qui donne un exemple regrettable, à Liège et à Louvain, de choix peu respectueux d’un vrai modèle de développement. »

« Nous serons toujours aux côtés de toutes ces PME qui se battent corps et âme pour maintenir et créer les emplois de demain… Nous ne serons jamais aux côtés de ceux qui privilégient leur profits sans considération pour le capital humain de leur entreprise, » a-t-il encore souligné.

«Depuis la fondation du parti libéral, le travail est au coeur de notre réflexion…Personne n’a le droit de nous donner des leçons en matière sociale,» a renchéri de son côté Richard Miller.

Tous les intervenants ont encore rappelé que l’humanisme est aussi au coeur du message libéral depuis sa fondation. Aujourd’hui, alors que les Réformateurs font le choix d’une «croissance durable», celle-ci est placée d’emblée au service de l’homme : il s’agit de viser le progrès, créer la prospérité mais également que cette prospérité soit mieux répartie entre les personnes, les régions du monde et les générations, c’est pourquoi elle se développe en préservant la planète.

Les libertés n’ont de sens que si elles sont «réelles», effectivement exercées par les citoyens.

« Que signifie la liberté d’aller et venir si la sécurité n’est pas assurée dans certains quartiers de nos villes ? », a interrogé Didier Reynders. «Nous devons poursuivre l’amélioration du fonctionnement de la police mais surtout mettre enfin en place une justice moderne, accessible à tous et plus rapide dans ses prises de décision.»

L’interculturalité prônée par le MR s’inscrit quant à elle dans le droit à la différence mais en respectant le socle des valeurs communes, dont l’égalité homme-femme et la neutralité de l’Etat.

Le MR défend l’interdiction du port du voile dans les écoles et administrations, au nom de l’égalité homme-femme. Le Président du MR a, dans ce contexte, profité du Congrès pour lancer un appel au monde musulman:

« Pluralistes, les Libéraux se sont ouverts au monde chrétien, orthodoxe ou juif, depuis longtemps. Il nous faut, chers amis, réussir le pari, d’un dialogue avec les musulmans désireux de développer un islam européen, respectueux des valeurs qui sont le socle de notre vivre ensemble, » a-t-il déclaré.

Daniel Bacquelaine, Chef de Groupe MR à la Chambre, qui a présidé le groupe de travail qui s’est penché sur ce chapitre, a quant à lui insisté sur le fait que si le MR est opposé au voile à l’école, c’est parce qu’il entend faire respecter le principe d’égalité entre hommes et femmes, et que s’il est opposé au port du voile dans les administrations, c’est pour faire respecter la neutralité de l’Etat.

Pour Richard Miller, ce principe d’égalité entre les genres est ancré chez les Libéraux qui le défendent avec conviction.

« Ce n’est pas comme chez certains squatters de la maison humaniste, » a ajouté Richard Miller.

Pour Didier Reynders, le MR se place clairement au centre-droit « face à la course effrénée des autres formations vers la gauche conservatrice ou un populisme dangereux. »

A l’entame du discours du Président, la salle s’est levée pour observer une minute de silence en hommage aux victimes de la catastrophe survenue à Liège et en soutien à leurs proches.


Imprimer cet article